Terra 25 novembre 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

Un plan d'action pour aider les agriculteurs

En lait, porc ou légumes, les prix ne sont pas au rendez-vous et les producteurs souffrent. Si la chambre d'agriculture demande à l'Etat ou à l'Union européenne de prendre les mesures qui s'imposent, elle met sur pied un plan d'action, pour parer au plus pressé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Olivier Manceau, directeur de la chambre d'agriculture, André Sergent, président.
De gauche à droite : Olivier Manceau, directeur de la chambre d'agriculture, André Sergent, président. - © Chantal Pape

"Hormis la volaille, qui va un peu mieux, toutes les productions sont en difficulté", analyse André Sergent, le président de la chambre d'agriculture. "La profession agricole est aujourd'hui à bout", renchérit Sophie Enizan, vice-présidente. Vendredi dernier, lors de la session, les élus ont demandé à l'Etat d'accélérer le versement des aides décidées à l'automne. Mais aussi de mettre fin aux distorsions de concurrence économiques, sociales ou fiscales au sein de l'Union européenne. "Elles pèsent sur la compétitivité de nos outils. Et conduisent le consommateur à manger des produits dont les standards de production sont très différents de nos cahiers des charges".

De gauche à droite : Olivier Manceau, directeur de la chambre d'agriculture, Sophie Enizan, vice-présidente, André Sergent, président, Sophie Jézéquel, vice-présidente, et Jean-Jacques Déniel, élu.
De gauche à droite : Olivier Manceau, directeur de la chambre d'agriculture, Sophie Enizan, vice-présidente, André Sergent, président, Sophie Jézéquel, vice-présidente, et Jean-Jacques Déniel, élu. - © Chantal Pape

Sécuriser les exploitations

La chambre d'agriculture exhorte toutes les filières à concentrer l'offre, pour un rapport de force plus équilibré avec l'amont ou l'aval. "Et il nous faut obtenir l'indication d'origine sur les produits, y compris transformés", rajoute Sophie Jézéquel, vice-présidente de la chambre d'agriculture. La profession agricole plaide aussi pour une révision de la fiscalité, peu adaptée à la volatilité actuelle des cours. "Avant 2007, d'une année sur l'autre, la variation de chiffre d'affaires pour une exploitation laitière moyenne était de 6 500 EUR, calcule Jean-Jacques Déniel, élu à la chambre d'agriculture. Aujourd'hui, elle peut atteindre 30 000 EUR". Des écarts qui justifient aussi la mise en place de mécanismes de sécurisation des exploitations avec, pourquoi pas, la création d'un fonds de mutualisation.

Un tiers des élevages dans le rouge

Mais, avec un tiers des élevages finistériens dans le rouge, l'urgence est dans la revalorisation du prix payé producteur. "En porc, il faut retrouver un prix de référence collectif", indique Sophie Jézéquel. Pour aider les producteurs, la chambre d'agriculture vient de mettre en place un plan d'action, en sollicitant les équipe de recherche-développement mais aussi en organisant des réunions d'information et des formations gratuites, en proposant un accompagnement individuel...

 

 

Ne restez pas seuls

 

Si un tiers des élevages finistériens sont aujourd'hui dans le rouge, 10% traversent de grandes difficultés. Pour aider ces agriculteurs et les inciter à ne pas rester seuls, la chambre d'agriculture lance une campagne d'affichage dans les coopératives, dépôts.... Et rappelle les numéros qu'ils peuvent appeler pour se faire aider :

- chambre d'agriculture : 02 98 41 33 1802 98 41 33 18 , du lundi au vendredi, de 9h à 17h,

- SOS Amitié Brest : 02 98 46 46 4602 98 46 46 46 , 24h/24,

- Solidarité paysans, 02 98 52 48 6002 98 52 48 60, du lundi au vendredi, de 9h à 17h,

- MSA d'Armorique, 02 98 85 59 1302 98 85 59 13, du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui