Terra 20 mai 2016 à 08h00 | Par Propos recueillis par Paul Jégat

"Une bio ouverte à tous et qui se donne les moyens de son développement"

Le rendez-vous Tech&Bio se tiendra pour la première fois en Bretagne les 1er et 2 juin à la station expérimentale de Kerguehennec (56), l'événement se veut rassembleur et fédérateur dans un contexte très porteur pour l'agriculture biologique. Mais ici, on privilégiera l'approche technique des productions bio...et alternatives. Animations, démonstrations, conférences permettront à chacun - agriculteurs bio ou pas - de s'en inspirer, comme l'explique dans cet entretien le président de la commission bio de la chambre d'agriculture de Bretagne Patrice Le Penhuizic, lui-même éleveur laitier en bio à Lauzach.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrice Le Penhuizic, président de la commission bio de la chambre régionale d'agriculture de Bretagne
Patrice Le Penhuizic, président de la commission bio de la chambre régionale d'agriculture de Bretagne - © Terra

Qu'est-ce que le rendez-vous Tech&Bio ?

Patrice Le Penhuizic. Tech&Bio, c'est d'abord une marque créée par les chambres d'agriculture avec l'idée de développer une approche technique des productions en agriculture biologique et de faire connaitre plus largement les techniques de productions bio et alternatives. Sous cette appellation Tech&Bio, se déroule tous les deux ans dans la Drôme, un grand salon de dimension européenne qui fait référence pour tous les sujets relatifs à l'agriculture biologique. Entre chaque salon Tech&Bio se déroulent des rencontres plus régionales : les rendez-vous Tech&Bio. Après les Pays de la Loire qui ont accueilli deux fois un rendez-vous Tech&Bio ces dernières années, la Bretagne prend le relais cette année. La chambre d'agriculture de Bretagne a axé ce rendez-vous autour des grandes cultures et du machinisme, deux approches qui dans tout le grand Ouest sont en interaction avec l'élevage. La Bretagne étant leader sur la production de légumes bio, les thématiques maraichage, légumes de plein champ et d’industries sont présentes.

Lors de ce rendez vous Tech&Bio, on s'efforce de mettre l'accent sur la diffusion des résultats de la recherche autour de la bio, avec aussi beaucoup de démonstrations d'outils. Le rendez-vous Tech&Bio est également une vitrine de l'accompagnement par les chambres d'agriculture des agriculteurs bio. 2015 a été une année record en matière de demandes de conversion et, en 2016, la dynamique ne retombe pas et les demandes sont plus nombreuses encore. On n'a jamais connu cela. Ce rendez-vous Tech&Bio s'inscrit bien sûr dans cette dynamique de conversion, sachant qu'au moment où nous avons porté notre candidature à l'organisation de cet évenement, rien ne laissait présager un essor aussi important. Ce n'est donc pas un effet d'opportunisme.

Et à qui s'adresse ce rendez-vous Tech&Bio ?

P. L. P. Le public auquel nous nous adressons est évidemment constitué des agriculteurs déjà en bio ou qui réfléchissent à une conversion en bio et sont prêts à faire le pas. Mais il s'adresse également aux agriculteurs qui envisagent à plus ou moins long terme une conversion et à ceux qui veulent tout simplement connaître des techniques de production performantes notamment dans le contexte de réduction des intrants. La sensibilisation aux techniques bio et alternatives est un axe important du travail que mènent les chambres d'agriculture. L'originalité de notre démarche tient au fait que nous nous adressons aussi à tous les agriculteurs en systèmes conventionnels. Depuis ceux qui considèrent définitivement que ce n'est pas leur truc mais veulent tout de même savoir de quoi il s'agit, en passant par des agriculteurs qui veulent s'inspirer de certaines pratiques, par exemple en matière de désherbage du maïs ou de gestion agronomique du sol, d'autres enfin veulent se situer en ayant des éléments de comparaison de leur système par rapport à un système en bio. Tous les agriculteurs pourront trouver des idées à appliquer chez eux et mieux comprendre ce qu'est concrètement l'agriculture biologique. Nous avons vraiment la volonté d'aller dans le sens d'une bio ouverte à tous et qui se donne les moyens de son développement.

Trop de gens ignorent encore que les chambres d'agriculture mènent un travail de long terme en agriculture biologique. Aujourd'hui, en Bretagne, plusieurs stations expérimentales travaillent sur l'agriculture biologique. A la station expérimentale de Kerguehennec où se déroulera cet évenement, des essais en bio sont menés depuis plus de 20 ans, ce qui nous donne un certain recul.

L'envolée soudaine de l'agriculture bio ne doit-elle pas être observée avec prudence ?

P. L. P. Je crois surtout que, quand les agriculteurs sont prêts à passer en bio, il faut les y aider, les accompagner. Personne ne sait ce que sera le marché bio dans quatre à cinq ans. Ce qui est sûr aujourd'hui, c'est qu'en aval de l'agriculture biologique, les intervenants économiques disent tous "on peut prendre", aussi bien en lait qu'en céréales et en porc, la production en bio est tellement faible que la marge de développement est grande. Néanmoins, une règle de base doit être observée : si on souhaite se lancer en bio, il faut s’entourer, échanger avec d’autres producteurs bio et les partenaires techniques et économiques. C'est d'ailleurs pour cela que à l'occasion de ce rendez-vous Tech&Bio, nous organisons un club affaires qui doit permettre aux acteurs de la bio de se rencontrer, pour que les producteurs et groupements de producteurs soient en relation avec l'aval.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes