Terra 04 mars 2016 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Utiliser du bois local dans les constructions agricoles

Utiliser du bois local dans la construction de bâtiments, c'est possible. La preuve vendredi 26 février avec une porte ouverte au Gaec de Bouquidy à Iffendic. La nouvelle stabulation de 124 places en logettes a été réalisée avec de l'épicea du Centre Bretagne et du chêne du grand Ouest.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'originalité du projet tient dans le choix de faire réaliser toutes les structures bois et bardages en bois issus de la forêt locale. © Terra Les éleveurs et les différents partenaires, réunis à l'occasion des portes ouvertes. © Terra

"À l'occasion de l'installation d'un nouvel associé, nous avons eu besoin de créer un nouveau bâtiment qui permette de loger 120 vaches et nous avions aussi besoin d'ajouter un deuxième robot, sachant que notre objectif était de réduire la charge et la pénibilité du travail", explique Steven Vilboux, associé du Gaec familial. Les éleveurs, maîtres d'ouvrage, ont fait appel à un concepteur agéé charte qualité pour concrétiser leurs idées sur plans et à un charpentier agréé charte qualité pour étudier la charpente. L'originalité du projet, tient dans le choix de faire réaliser toutes les structures bois et bardages en bois issus de la forêt locale."Seulement 4 % des bois utilisés en agricole sont d'origine locale, la marge de progression est donc importante", souligne Jacques Charlery, animateur du comité régional bâtiment du GIE Élevages de Bretagne. Les avantages d'utiliser du bois local ? "Cela permet de favoriser l'économie locale, de réduire l'impact carbone du transport, de dynamiser la forête bretonne, de péreniser et créer des emplois locaux, mais également de valoriser la ressource avec beaucoup de volume disponible et des produits de qualité", ajoute Jacques Charlery. Pour ce projet, deux essences de bois locaux ont été retenus. Il s'agit d'épicea Stika (61 m3) et de chêne (14 m3 pour 56 poteaux). Après appel d'offres, deux scieries ont été retenues dans le projet, Le Duff, basé dans le Finistère, pour les résineux et Grouazel (35) pour le chêne.

"Aujourd'hui, on dispose d'un bâtiment fonctionnel et lumineux, grâce à un dôme éclairant mis au point par le charpentier et de filets brise-vent réglables pour un ajustement de l'ambiance", se félicite Steven Vilboux. Le coût total du projet revient à 6 390 euros par place. La charpente, y compris couverture, bardage, et cloisonnement intérieur, représente 20 % du montant total. Il n'y a pas de surcoût à l'utilisation du bois local.

Le comité régional bâtiment

Le comité régional bâtiment du GIE Élevages de Bretagne anime et encadre depuis vingt ans les opérateurs du bâtiment d’élevage bovin sur la région Bretagne. Avec un réseau de 50 concepteurs et 62 artisans constructeurs, il est le principal acteur du développement dans le domaine.

Avec l’appui des chambres d’agriculture de Bretagne, et le soutien financier de l’État, de la Région Bretagne et de l’Ademe, il conduit depuis 2012 des actions visant à développer l’utilisation des bois issus de la région dans la construction des bâtiments. Avec ses partenaires de la filière bois (Abibois et Critt bois) il a réalisé un état des lieux de cette valorisation et montré un fort potentiel de développement de l’utilisation de la ressource régionale (30 000 m3 de bois mis en œuvre par an dans le bâtiment d’élevage bovin, dont seulement 4 % de bois local).

Aujourd’hui le plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAEA) accompagne les projets d’investissement des éleveurs. C’est une opportunité pour tendre vers plus d’éco-conception et d’éco-construction des bâtiments pour réduire l’impact environnemental des bâtiments par des circuits courts et de "relocaliser" le carbone dans le bois des charpentes des stabulations et des hangars.

L'exemple de Trévarez

Le troupeau conduit en agriculture bio à la ferme expérimentale de la chambre d'agriculture de Bretagne à Trévarez avait besoin d'un nouveau bâtiment pour loger les génisses et les vaches taries, à proximité du bâtiment construit pour le robot mobile et les vaches laitières. L'objectif était de construire un bâtiment économe répondant aux fonctions zootechniques et expérimentales. La ferme a fait le choix de réaliser la charpente et les bardages en utilisant les bois récoltés sur l'exploitation. Les bois de construction de la charpente sont issus de boisements diffus. Au total ce sont 35 m3 de bois sapin pectiné qui ont été mis en œuvre dans la structure. Pour la réalisation du bardage, ce sont 8 m3 de bois d'une haie de thuya plicata qui ont été valorisés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui