Terra 17 mars 2017 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Y voir plus clair en production laitière

La chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine a organisé ces dernères semaines, sept réunions d'informations dans les territoires, à destination des producteurs de lait. Un bilan a été proposé à l'occasion de session qui se tenait le 9 mars dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marcel Denieul.
Marcel Denieul. - © AM

Y voir plus clair sur l'état des stocks européens de poudre, y voir plus clair sur les marchés du beurre, mais aussi y voir plus clair sur les perspectives de collecte. C'est avec ces thématiques qu'ont débuté les réunions oragnisées dans le département à destination des producteurs laitiers. L'occasion pour les éleveurs d'avoir un échange et de faire remonter leur préoccupation. "Parmi les remarques, les éleveurs ont souvent déploré l'absence d'outils de régulation, se sont interrogés sur la création d'un prix plancher, sur l'utilisation de la PAC comme outil de régulation, et sur la compétitivité des entreprises françaises", ont listé Michelle Debroize, et Christian Veillaux, de la chambre d'agriculture. Mais y voir plus clair, c'était aussi parler de stratégie d'exploitation. Et l'occasion de présenter l'outil "bouteille de lait", qui sera disponible en juin prochain et qui permet d'avoir rapidement une idée pour savoir si les coûts de la ration sont équilibrés et pertinents. On distingue ainsi, le coût du lait livré par la ration "fourrages équilibrés" et la ration "concentrés au-delà de l'équilibre", et les marges sur coût alimentaire générées par ces deux rations. "C'est une avancée forte dans l'approche économique", s'est félicité Marcel Denieul, le président de la chambre d'agriculture.

René Collin.
René Collin. - © AM

 

Repères et accompagnement


Les agriculteurs ont besoin de repères et d'accompagnement sur la stratégie d'entreprise. "Il faut que l'on soit les interlocuteurs sur nos territoires, un appui économique, mais aussi moral", a ajouté René Collin, vice-président. Comme souvent, il n'existe pas une seule trajectoire applicable dans toutes les exploitations et c'est à chacun de trouver les ajustements qui conviennent à son système. Pour Marcel Denieul, "l'analyse de l'efficacité économique montre qu'il y a des écarts importants mais il n'existe pas un système qui réussit et les autres non". A terme, cet outil devrait aussi permettre de se comparer sur internet, même si, comme l'a rappelé Christian Veillaux, "il s'agit avant tout d'une démarche individuelle". Quoiqu'il en soit, se retrouver avec une marge sur coût alimentaire négative doit amener les éleveurs à se poser des questions. En marge de cette présentation, les élus ont aussi mis l'accent sur les stocks fourragers. En effet, 2016 a déjà été une année qui a subit un fort impact sur les volumes et la qualité. Alors si en 2017, la sécheresse se confirme, on pourrait très vite se retrouver dans une situation critique.

- © AM

Il a dit

Bernard Marquet (vice-président du conseil départemental) / Le département a voté récemment son budget 2017 et a reconduit l'ensemble de ses soutiens à l'agriculture. Nous allons donc continuer à mener sur le département, à notre échelle, une politique agricole avec un certain nombre d'outils. Par ailleurs un appel à projet "pâturage" est en cours.
Si vous souhaitez développer votre autonomie en augmentant la part d’herbe pâturée sur votre exploitation, si vous envisagez d’aménager les chemins d’accès à vos parcelles de pâturage pour les animaux, vous pouvez y répondre.Département.
Les projets retenus bénéficieront d’une prise en charge financière. Le dépôt des dossiers est possible jusqu'au 31 mars 2017.

 


Classement des sangliers en nuisibles ?

Parmi les délibérations votées par les élus de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine, l'une d'elle a concerné la recrudescence du nombre et des dégats de sangliers. Devant ce constat les élus alertent sur les conséquences en matière de pertes d'exploitations mais aussi les dangers que cette présence génère. Ils demandent donc le classement des sangliers en nuisibles, à l'instar des départements voisins de Loire Atlantique et Mayenne. Tout en souhaitant que cette problématique soit également étudiée dans la perspective d'élargir cette demande concernant les dégâts des corbeaux, pigeons, et cervidés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui