Terra 19 septembre 2014 à 08h00 | Par Jean Dubé

L'agriculture, ce sont 700 M€ d'investissement

Michel Morin et Pierrick Massiot, respectivement vice président et président du conseil régional faisaient vendredi dernier un point "d'avant Space", avec pour message essentiel : "l'agriculture et l'agro-alimentaire ne se résument pas à des situations difficiles !".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierrick Massiot, président du conseil régional.
Pierrick Massiot, président du conseil régional. - © Terra

Les deux responsables politiques se situaient sur un discours optimiste et apaisant. Dans l'essentiel des filières de production bretonnes, les responsables identifient des voies de progrès et d'avenir, qu'il s'agisse du porc où après la stabilisation, "on peut envisager une reprise de la production", du lait où les besoins dans le monde sont "chaque année de 20 milliards de litres de lait supplémentaires", ou de la bio qui "a doublé ses chiffres en quelques années" et recèle encore des marges de progrès.

Il ne s'agit pas de masquer les difficultés. Tilly- Sabco par exemple "a été soutenu à bout de bras", mais est "au bout du bout". Difficultés également en viande bovine où certains éleveurs prennent le chemin de la végétalisation.

Mais les responsables veulent surtout voir les points positifs de la situation : un niveau d'investissement rarement atteint, une excellence sanitaire, et une maîtrise de la qualité et de la traçabilité sanitaire qui devient un véritable avantage concurrentiel sur les marchés internationaux.

Les pouvoirs publics accompagnent et accompagneront demain ces développements.  Michel Morin et Pierrick Massiot énumèrent ainsi 650 M€ de crédits publics du Feder, du Feader, de la région et des départements qui seront mobilisés et viendront dans les cinq ans à venir soutenir l'investissement privé.

Dernier point de satisfaction : l'environnement. La condamnation de la France sur le dossier des nitrates ressemble presque à un satisfecit pour la Bretagne. "Les mesures prises dans les 8 bassins versants ont permis de ramener le niveau des nitrates en Bretagne à moins de 30 mg/l. La Bretagne tient le bon bout" et d'ailleurs, l'apparition des algues vertes sur d'autres points du littoral français tend à démontrer "que si la Bretagne a été la première concernée, la question des algues vertes n'est pas un sujet breton".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui