Terra 26 avril 2007 à 12h13 | Par E. Le Corre

UBTR - Anne-Marie Crolais : "Nous avons donné à la diversification ses lettres de noblesse"

Présidente de l'UBTR, l'Union bretonne du tourisme rural(1), depuis 1995, Anne-Marie Crolais a décidé de céder sa place. Bilan d'une activité en expansion, des challenges à relever... Interview d'une femme engagée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anne-Marie Crolais : "Aujourd'hui, notre rôle est reconnu par de multiples instances : le conseil général, le conseil économique et social, les organisations de tourisme...
Anne-Marie Crolais : "Aujourd'hui, notre rôle est reconnu par de multiples instances : le conseil général, le conseil économique et social, les organisations de tourisme... - © TERRA
• Quel bilan faites-vous de ses douze années consacrées au tourisme rural ?
Anne-Marie Crolais. "On a été capable de voir, de juger et d'agir. Voir, parce que nous avons senti les préoccupations de beaucoup d'agriculteurs : le besoin d'un complément de revenus, de donner du travail à ceux qui en recherchent, de garder une vie rurale dense.

N'oublions pas que dans les années 90-95, nous étions dans des années de blocage de la production, confrontés à une crise économique. Beaucoup ont également ressenti le besoin de communiquer, notamment pour valoriser l'image d'une profession souvent attaquée.

Ce qui me tient particulièrement à cœur, c'est d'avoir réussi à fédérer les quatre départements bretons et donné à la diversification ses lettres de noblesse. Aujourd'hui, notre rôle est reconnu par de multiples instances : le conseil général, le conseil économique et social, les organisations de tourisme…

C'est aussi le congrès national du réseau "Bienvenue à la ferme" avec plus de 900 participants. Si nous avons montré aux chambres d'agriculture des quatre départements ce que le réseau était capable de réaliser, nous avons prouvé également qu'il y avait dans l'agritourisme un potentiel, une véritable ressource".

• Quelles recommandations donneriez-vous à vos successeurs ?
A-M. C. "Etre à l'écoute de la demande sociétale. Le tourisme rural est un marché où l'on doit créer de l'économie. Et même la précéder. Je sais, ce n'est pas évident. Aujourd'hui, nous sommes dans une phase de développement et l'UBTR ne peut l'assumer seule. Il faut sans cesse convaincre les organisations agricoles de nous épauler.

Il est crucial, d'autre part, que l'UBTR garde ses associations afin que les porteurs de projets puissent s'appuyer sur le savoir-faire des agriculteurs, aidés par les techniciens du réseau des chambres d'agriculture.
Pour ma part, je suis persuadée que l'hébergement à la ferme à de beaux jours devant lui. Car le rôle éducatif de l'agriculture est incontournable quand 80% des gens vivent à la ville, déconnectés de la production, de l'alimentation. Nous avons un rôle à jouer, des liens à créer… A condition de s'entendre collectivement".


(1) En Bretagne, dans chaque département, une association a pour rôle de promouvoir la marque "Bienvenue à la ferme" et d'accompagner les agriculteurs dans leur démarche. Ces associations travaillent en réseau et sont rassemblées, au niveau régional, au sein de l´UBTR créée par la chambre régionale d´agriculture de Bretagne.O

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui