Terra 18 décembre 2013 à 08h00 | Par Audrey Dibet

Des acteurs unis autour des MSA pour le bien vieillir en pays de Redon

Une charte territoriale des solidarités avec les aînés a été signée en juin dernier en pays de Redon. Unique en son genre, elle s’étend sur 2 régions administratives et 3 départements : la Loire-Atlantique, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan. Le 9 décembre dernier, tous les acteurs locaux étaient réunis pour entamer une réflexion commune sur le plan d’actions à mettre en place dès 2014 à destination des personnes âgées de ce territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Premiers échanges et réflexions autour de la table ronde rassemblant acteurs locaux et experts.
Premiers échanges et réflexions autour de la table ronde rassemblant acteurs locaux et experts. - © terra

C’est à l’initiative de la MSA de Loire-Atlantique Vendée qu’a été élaborée une charte des solidarités à laquelle se sont joints la MSA des Portes de Bretagne et le Clic, le Centre local d’information et de coordination du Pays de Redon. "Le but est d’élaborer des actions concertées en direction des personnes âgées autour de quatre thématiques : la promotion de la santé, l’adaptation de l’espace de vie, la prévention de l’isolement et l’aide aux aidants", précisait Michel Gourlaouen, directeur adjoint de la MSA Loire-Atlantique Vendée, devant les acteurs locaux réunis ce jour-là à St Nicolas de Redon pour démarrer les concertations. En termes de moyens, 30 000 euros seront consacrés à ce projet durant les trois années de durée de la charte ainsi que 300 jours de travail d’agents MSA, en plus du travail déjà réalisé par les acteurs locaux. Car cette démarche s’appuie bien sur les infrastructures existantes et doit répondre à leurs attentes. Elle se veut participative. A partir de janvier, les échanges vont donc se poursuivre sur chacune des thématiques identifiées par la charte : échanges sur le terrain pour recueillir les besoins des personnes âgées, échanges croisés entre les acteurs locaux dans le cadre d’ateliers, afin d’élaborer un plan d’actions d’ici avril 2014. Ces actions seront évaluées par un comité en juin puis mises en place à partir du second semestre 2014. "Élus, responsables d’association, bénévoles... les inscriptions aux ateliers sont largement ouvertes", indique Antoine Chauvin, le pilote de l’opération au niveau de la MSA.

Tenir compte d'évolutions sociologiques

Les besoins des personnes âgées d’aujourd’hui, ainsi que de leurs aidants, sont différents de ceux d’hier. Ils sont aussi très variés avec plusieurs générations de personnes âgées qui se côtoient désormais. "Les personnes de 60-65 ans se voient en moyenne 19 ans plus jeunes et font tout pour ne pas ressembler à leurs aînés", observe Hervé Petit, psychosociologue et psychogérontologue. "L’évolution sociologique est extrêmement importante. Dans les clubs de retraités, nous n’avons pas de réponse pour ces nouveaux profils", observe Estelle Le Sager, animatrice du Clarpa. "Les vieillissements sont extrêmement divers, poursuit Hervé Petit. Une des causes objectives est l’âge mais pas seulement. La présence de limitations fonctionnelles est encore plus déterminante. Les facteurs sociaux entrent en compte également, ainsi que des facteurs subjectifs comme notre rapport au vieillissement".

Adapter l’habitat, lutter contre l’isolement, proposer des loisirs, amener les services au plus près des personnes âgées, soutenir les aidants... La MSA est particulièrement concernée par les problématiques des personnes âgées : dans les départements de Loire-Atlantique et d’Ille-et-Vilaine, le taux de personnes de plus de 70 ans atteint 16 % à la MSA quand il est de 6 % tous régimes confondus en France. Quant au pays de Redon, il est selon le dernier recensement de 2010, "légèrement plus vieilli que la moyenne française", précise Mickaël Blanchet, géographe. Ce territoire doit en outre tenir compte de ses spécificités : une sur-représentation des retraités issus de l’agriculture et du monde ouvrier, ainsi que des ménages âgés seuls, donc une plus grande fragilité de sa population ayant des impacts en termes de prévention.

"Individualiser les services d’aide, ce n’est pas évident en pratique mais nous essayons de le faire en développant tous les outils, tous les concepts nouveaux, souligne Yvette Année, vice-présidente du conseil général du Morbihan. Sur un territoire très étendu, avec trois politiques de conseil général, la problématique ici en pays de Redon est de traiter la population de manière équitable et de coordonner nos politiques". Et de conclure au sujet de la charte des solidarités : "Nous en attendons un plus par rapport à tout ce nous faisons déjà. Nous avons besoin de tous les partenaires pour aller plus loin, au plus près des personnes âgées".

 

Audrey Dibet

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui