Terra 27 juin 2007 à 15h36 | Par C. Pape

Les Maisons familiales fêtent leurs 70 ans

Les 6 et 7 juillet, les Maisons familiales fêteront leurs 70 ans à Brest (29). L'occasion de faire le point sur les spécificités de leur enseignement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : François Le Gall, directeur de la Maison familiale de Saint Renan, René Rohou, président de la fédération bretonne des Maisons familiales, et Claude Richard, directeur de la fédération bretonne des Maisons familiales.
De gauche à droite : François Le Gall, directeur de la Maison familiale de Saint Renan, René Rohou, président de la fédération bretonne des Maisons familiales, et Claude Richard, directeur de la fédération bretonne des Maisons familiales. - © TERRA
"Penfeld va être plein comme un œuf". Directeur de la maison familiale de Saint Renan, François Le Gall ne cache pas sa satisfaction : avec 3 000 congressistes, dont des délégations en provenance d'une vingtaine de pays sur les 36 où le concept s'est exporté, les 70 ans des Maisons familiales promettent d'être une belle fête !

Tro Breizh en vélo
Après l'assemblée générale statutaire, le 6 juillet, place à l'anniversaire ! Le 7 juillet, trois tables rondes permettront de rappeler l'historique des Maisons familiales, avant de plancher sur ce qui fait leur différence et d'imaginer l'avenir. "Les jeunes seront aussi associés", indique Claude Richard, directeur de la fédération bretonne des Maisons familiales. Une trentaine d'entre eux rejoindra Brest en VTT, après un Tro Breizh rassemblant à chaque étape élèves, parents, maîtres de stage et formateurs. "Une manière de réunir la grande famille des Maisons familiales dans une ambiance conviviale et festive".

Alternance et tutorat

L'anniversaire des Maisons familiales leur donne aussi l'occasion de rappeler ce qui fait leur force, à commencer par l'alternance. "Ici, les élèves sont obligés d'être meilleurs que les autres, lance François Le Gall. Ils ont deux fois moins de cours". Passer deux semaines sur quatre en stage permet à des jeunes de trouver leur voie professionnelle mais aussi, bien souvent, de se réconcilier avec l'école. "Et, une fois leur diplôme en poche, ils sont immédiatement opérationnels". Autre particularité des Maisons familiales : le tutorat. "Chaque élève a un référent, explique Claude Richard. Il va le suivre tout au long de sa scolarité, faire le lien avec les familles et les maîtres de stage".
Et les résultats sont là ! A un bon taux de réussite aux examens s'ajoute une excellente insertion professionnelle puisque, trois ans après avoir quitté les bancs de la maison familiale, ils sont, en moyenne, 10% à continuer leurs études et 81% à avoir trouvé un emploi, avec des pics à 100% en agroéquipement, 97% en agriculture et services, 92% en horticulture... "Et 65% des contrats que décrochent nos anciens élèves sont à durée indéterminée".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui