Terra 06 mars 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

Cancer de l'intestin : prenez le temps du dépistage !

L'arrivée d'un nouveau test va rendre le dépistage du cancer colorectal plus simple et plus fiable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Les Docteurs Yvon Foll et Françoise Bommelaere, de l'Adec 29, et le Professeur Michel Robaszkiewicz, chef du service de gastroentérologie du CHU de Brest.
De gauche à droite : Les Docteurs Yvon Foll et Françoise Bommelaere, de l'Adec 29, et le Professeur Michel Robaszkiewicz, chef du service de gastroentérologie du CHU de Brest. - © Chantal Pape

"Avec plus de 42 000 nouveaux cas en France chaque année, le cancer colorectal est le troisième cancer en terme de fréquence, derrière le sein et la prostate, rappelle le Professeur Michel Robaszkiewicz, chef du service de gastroentérologie du CHU de Brest. Et le second en terme de mortalité, avec plus de 17 000 décès par an".

 

Guérissable et évitable

 

Pourtant, détecté de façon précoce, le cancer colorectal est guérissable 9 fois sur 10. "Et il est même évitable, rappelle l'Adec 29, l'association de dépistage du cancer. En effet, si le test de dépistage permet la découverte de cancers, il détecte aussi fréquemment des lésions pré-cancéreuses, les polypes adénomateux. Eliminés sous coloscopie, ils éviteront tout risque de cancer.

 

Un nouveau test

 

Conseillés aux 50-74 ans, ces dépistages gratuits peinent pourtant à se développer. "Ils ont été mis en place en 2004", rappelle le Docteur Le Foll, de l'Adec. Et, à l'époque, 50% de la population finistérienne concernée avait fait le test, un chiffre qui n'a cessé de régresser depuis, pour se situer aux alentours de 30%.

Fastidieux, pas assez fiable : les griefs contre le test Hemoccult étaient nombreux. Mais l'arrivée d'un nouveau test, OC Sensor, devrait changer la donne. "Il est plus simple, plus rapide et plus acceptable, avec un seul prélèvement au lieu de 6, indique le Docteur Françoise Bommelaere, de l'Adec. Mais aussi plus fiable, avec une lecture automatisée, et plus sensible, puisqu'il détectera 2 à 2,5 fois plus de cancers et 3 à 4 fois plus de polypes".

 

Mars bleu

 

Pour assurer la promotion du dépistage du cancer colorectal, l'Adec s'entoure de nombreux partenaires, professionnels de santé, caisses d'assurance maladie, dont la MSA, Ligue contre le cancer... Et, cette année encore, Mars bleu s'annonce animé : campagne d'affichage en ville et chez les professionnels de santé, soirée musicale au Mac Orlan, à Brest, le 7, info-rallye puis conférence débat à Morlaix le 13, journée nationale de prévention le 24...

La MSA aussi

 

Depuis des années, la MSA d'Armorique est partenaire de l'Adec pour ses campagnes de promotion du dépistage du cancer. Pour Mars bleu, elle tiendra des stands sur des marchés, interviendra au sein d'entreprises agricoles... "Nous allons aussi former nos nouveaux délégués, tout juste élus, pour qu'ils puissent à leur tour en parler autour d'eux et sensibiliser les 50-74 ans à l'intérêt du dépistage", indique Marie-France Marchal.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui