Terra 07 juin 2007 à 11h53 | Par A. Dibet

Le Gouessant en ordre de marche

Malgré une conjoncture difficile (crise aviaire, hausse du prix des céréales), la coopérative Le Gouessant maintient en 2006 son activité, centrée sur la nutrition animale, et investit dans la recherche et développement de nouveaux produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A la tribune de gauche à droite : Emmanuelle Rouxel, commissaire aux comptes, puis les membres du bureau Anne Jézéquel, Pierre-Yves Tanguy, Jean-Yves Cornec, directeur général, Patrick Fairier, président, Alain Martin, Noël Avril, Daniel Le Guen, et Fabrice l'Hôtellier.
A la tribune de gauche à droite : Emmanuelle Rouxel, commissaire aux comptes, puis les membres du bureau Anne Jézéquel, Pierre-Yves Tanguy, Jean-Yves Cornec, directeur général, Patrick Fairier, président, Alain Martin, Noël Avril, Daniel Le Guen, et Fabrice l'Hôtellier. - © TERRA
Lors de son assemblée générale qui se tenait le 1er juin à Saint Brieuc, la coopérative Le Gouessant a présenté ses chiffres : avec 1 000 019 tonnes d'aliments commercialisés, dont près de la moitié en porcs, elle a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires de près de 312 millions d'euros et dégagé un excédent net de 3,4 millions d'euros, proche de celui de 2005. Les volumes d'aliments volailles, 196 000 tonnes, ont diminué de 6,6%, suite à l'influenza aviaire, alors que ceux de ponte et reproducteurs ont augmenté à hauteur de 211 000 tonnes.
Jean-Charles Oisel, directeur de la communication, souligne aussi une augmentation des volumes d'aliments pour bovins qui atteignent près de 59 000 tonnes en 2006. Avec seulement 32 000 tonnes en 2003, il note que "Le Gouessant avait en effet beaucoup de retard dans ce domaine, compte tenu de sa taille, notamment vis-à-vis des concurrents bretons".
Enfin, avec 24 000 tonnes, les aliments aquacoles, connaissent également une belle progression de leurs volumes commercialisés, dont 40% sont destinés à l'export. En plus de représenter une activité bénéficiaire pour la coopérative, Jean-Charles Oisel souligne que "la production des aliments aquacoles fait appel à des hautes technologies, transférables notamment aux jeunes animaux, poussins et porcelets".

Innover dans les aliments truies
Le Gouessant a consacré plus de deux millions d'euros à l'innovation, en particulier pour les aliments truies et aquacoles. Actuellement, elle recherche aussi de nouvelles gammes nutritionnelles pour faire face à la démédicalisation des aliments.
Dans un autre domaine, la coopérative s'est investie, à la demande des éleveurs, dans un projet de méthanisation, avec la création en partenariat de Méthafrance.
Enfin, Le Gouessant a investi un total de 4,5 millions d'euros en 2006, essentiellement pour améliorer l'automatisme industriel, le site de Saint Aaron (22) en étant le principal bénéficiaire. Par l'acquisition de la SARL Consom'29, la coopérative renforce en outre son activité pommes de terre et accroît sa présence dans le Finistère.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui