Terra 31 mai 2007 à 11h31 | Par C. Le CLève

Bandes enherbées, faune et entretien compatibles

D'une contrainte réglementaire, Olivier Tabart, en GAEC à Arzal, a fait des petits havres pour la faune sauvage. Et ce, grâce à un entretien adapté de ses bandes enherbées avec un ensilage dès avril puis broyage par le centre des parcelles mi-août.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur ses bandes enherbées, Olivier Tabart, à gauche, adapte l'entretien. Une méthode qu'Alain Guihard (élu Chambre d'agriculture) et Jean Luc Morvan (FD de chasse) encouragent pour le maintien de la faune sauvage.
Sur ses bandes enherbées, Olivier Tabart, à gauche, adapte l'entretien. Une méthode qu'Alain Guihard (élu Chambre d'agriculture) et Jean Luc Morvan (FD de chasse) encouragent pour le maintien de la faune sauvage. - © TERRA
"Nous avons 700 m de ruisseaux qui parcourent l'exploitation" montre Olivier Tabart. Et la localisation des 3 % de la Scop en bandes enherbées a été toute trouvée. Elles sont sur les rives et permettent "de faire circuler les engins ou les animaux d'une parcelle à l'autre pour éviter la route", explique le jeune exploitant en lait, volaille et boeufs installé en Gaec à Arzal. Ces parcelles sont implantées en RGI, "pour un ensilage d'herbe précoce dès mi-avril". La repousse n'est fauchée qu'à la mi-août, "je broie à partir du centre de la parcelle pour éviter de piéger des animaux, ainsi j'ai ainsi vu partir l'an dernier une compagnie de faisans".

Y adapter l'entretien

Outre leur intérêt pour lutter contre le transfert des molécules, ces zones peuvent servir "d'abris à une faune sauvage très riche en bord de rivière, il y a un effet lisière" note Stéphane Basck de la Fédération de chasse du Morbihan qui, avec la Chambre d'agriculture encourage ces pratiques et y sensibilise les exploitants. "Elles sont économiquement rentables et soucieuses de la faune sauvage" apprécie Alain Guihard, élu Chambre, "les bandes enherbées représentent un linéaire très important dans le Morbihan, et des mesures simples d'entretien peuvent y être appliquées tout en respectant les textes".
Tout comme les jachères, les bandes enherbées, les haies et les talus se révèlent être des outils de préservation de la faune à condition d'y adapter l'entretien, "et si cela me prend un peu plus de temps, j'estime que ça en vaut la peine" appuie Olivier Tabart.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui