Terra 14 septembre 2012 à 15h06 | Par Audrey Dibet

BCEL Ouest - L'analyse MS des maïs en vert a démarré

En septembre, Bretagne conseil élevage Ouest (BCELO) offre aux éleveurs une détermination instantanée du taux de matière sèche de leur maïs en vert. Les premiers rendez-vous de cette deuxième édition remportent un franc succès.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Agriculteurs repartent le jour même avec la teneur en matière sèche de leur maïs en vert, mesurée en quelques minutes grâce à AgriNIR.
Agriculteurs repartent le jour même avec la teneur en matière sèche de leur maïs en vert, mesurée en quelques minutes grâce à AgriNIR. - © Audrey Dibet

L'opération, qui a commencé fort le 6 septembre à Pluduno dans le nord des Côtes-Armor, avec plus de cinquante agriculteurs au rendez-vous et soixante-dix analyses effectuées, s'est poursuivi le jour suivant au même rythme, sur un autre secteur précoce, à Berric dans le Morbihan. Cette deuxième édition est donc un succès, quatre cents éleveurs ayant déjà testé ce concept en 2011.

L'analyse est réalisée sur un échantillon d'au moins trois pieds de maïs broyés.
L'analyse est réalisée sur un échantillon d'au moins trois pieds de maïs broyés. - © Audrey Dibet

32 rencontres sur 3 départements

Trente deux rencontres « matière sèche » sont programmées par BCELO d'ici au 2 octobre, sur les départements du Finistère, des Côtes-d'Armor et du Morbihan. L'objectif pour l'éleveur est d'estimer une date d'ensilage optimale. Et les rendez-vous sont prévus selon l'avancée du maïs dans la zone, normalement deux à trois semaines avant la date optimale de récolte. « Nous sommes capables d'estimer la date de récolte à partir du moment où le maïs atteint 24% de matière sèche. En dessous de 23%, l'impact des conditions climatiques devient trop important », souligne Julien Rigaud, chef produit fourrages. L'analyse est effectuée en quelques minutes grâce à AgriNIR, un appareil reconnu de mesures par infra-rouge. Charge à l'éleveur de choisir avec soin au moins trois pieds de maïs qu'il récolte le matin même, ou en début d'après-midi, dans sa ou ses parcelles. C'est ensuite avec un conseiller nutrition de BCELO qu'est estimée la date optimale de récolte, selon la zone climatique, la variété, le type de sol, et l'objectif de matière sèche.

 

Pour que l'estimation de la date de récolte soit fiable, le maïs doit avoir atteint un minimum de 24% de matière sèche.
Pour que l'estimation de la date de récolte soit fiable, le maïs doit avoir atteint un minimum de 24% de matière sèche. - © Audrey Dibet

Pas de surprise pour les premières analyses

Lors des premiers rendez-vous début septembre, les résultats de matière sèche n'ont pas créés la surprise : les dates de récolte estimées étaient proches de celles prédites par les éleveurs qui se voient conforter dans leur planning. Autre tendance relevée par Julien Rigaud : « le maïs est en retard d'environ deux semaines par rapport à l'an dernier. Avec ces dates tardives, les stocks pourraient être tendus sur certaines exploitations ».

Pour le Finistère, les Côtes-d'Armor et le Morbihan, les dates et lieux des rencontres matière sèche sont indiquées dans votre journal Terra.

Ces rendez-vous permettent déjà d'annoncer les suivants, à l'automne, pour l'analyse des maïs ensilés et le calage des rations.Venus chercher un conseil personnalisé, les éleveurs trouvent aussi dans ces rendez-vous une bonne occasion d'échanger entre eux.

 

Audrey Dibet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui