Terra 10 avril 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Comment favoriser l'installation ?

D'ici 15 ans, dans le Finistère, un chef d'exploitation sur deux partira en retraite. En parallèle, depuis des années déjà, on n'enregistre qu'une installation pour trois départs. Pour que le nombre d'exploitations ne diminue pas de façon trop importante, les JA proposent des solutions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Frédéric Mésangroas, secrétaire général de JA 29, Olivier Billon, président et Cédric Petton, trésorier.
De gauche à droite : Frédéric Mésangroas, secrétaire général de JA 29, Olivier Billon, président et Cédric Petton, trésorier. - © Chantal Pape

"En 10 ans, le département a perdu trois exploitations sur dix". Le 4 avril dernier, les Jeunes agriculteurs du Finistère ont axé les travaux de leur assemblée générale sur le renouvellement des générations. Et les chiffres sont têtus. "Dans les 15 ans à venir, un exploitant sur deux partira en retraite, détaille Cédric Petton. Avec seulement une installation pour trois départs, comment assurer le renouvellement des actifs agricoles ?"

 

Accéder au foncier

 

Pour favoriser demain l'installation, JA 29 ne manque pas d'idées. L'accès au foncier pose problème ? "Il faut exonérer le propriétaire qui accepte de louer à un jeune de la TFNB, la taxe foncière sur le foncier non bâti. Et qu'il ait un abattement fiscal partiel sur ses revenus fonciers pendant 9 ans". Et en cas d'achat, pourquoi ne pas imaginer un portage par la Safer, qui règlerait 80% du montant, que le jeune rembourserait au fil des ans ? Une idée que ne rejette pas Joseph Gautier, le président de la Safer Bretagne. "Mais nous n'avons pas les fonds nécessaires".

En fin de carrière, nombreux sont les agriculteurs qui ne réinvestissent plus dans leur outil, le rendant de fait difficile à reprendre. "Pourquoi ne pas rétablir une dotation pour investissements pour les 5 ans avant la retraite ou des taux préférentiels sur les prêts", suggèrent les JA, qui souhaitent également la mise en place d'une incitation fiscale pour les cédants qui vendent à la valeur économique plutôt que patrimoniale. "Ce n'est pas au jeune de compenser la faiblesse des retraites agricoles".

 

De gauche à droite : Joseph Gautier, président de la Safer Bretagne, Nathalie Cado, chef du service agricole au Crédit agricole, Hervé Ugo, animateur du débat, Michel Morin, vice-président du conseil régional de Bretagne, et Sébastien Fesnoux, président de JA Bretagne.
De gauche à droite : Joseph Gautier, président de la Safer Bretagne, Nathalie Cado, chef du service agricole au Crédit agricole, Hervé Ugo, animateur du débat, Michel Morin, vice-président du conseil régional de Bretagne, et Sébastien Fesnoux, président de JA Bretagne. - © Chantal Pape

Imaginer d'autres modes de financement

 

"Les exploitations évoluent, le contexte aussi, avec une volatilité des prix de plus en plus grande, constate Nathalie Cado. Il faut réfléchir à des solutions nouvelles de financement". Et la responsable du marché de l'agriculture au Crédit agricole d'évoquer la BPI ou Oséo, qui accompagnent d'autres secteurs d'activité, mais aussi le crédit-bail ou des investisseurs prêts à acheter du foncier, "valeur refuge" et à signer des baux de 18 ans. "Le Crédit agricole va aussi créer un fonds dédié à l'accompagnement en capital des structures importantes".

La Région Bretagne, elle aussi, réfléchit à d'autres formes d'accompagnement de l'installation. "Le montant des subventions n'est plus approprié, au vu des montants investis, constate Michel Morin, vice-président du conseil régional. Pourquoi l'agriculture ne pourrait-elle pas bénéficier de garantie d'emprunts ou d'avances remboursables, comme nous en proposons aux autres secteurs d'activité ?" "L'agriculture a aussi besoin de sentir que la production de masse est soutenue dans notre région par nos élus, rebondit aussitôt Sébastien Fesnoux, le président de JA Bretagne. On ne l'entend pas assez !"

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui