Terra 02 février 2015 à 08h00 | Par J. Dubé

Se projeter dans l'après quotas

a section laitière de la FDSEA 35 réunissait à Pacé ce mercredi les producteurs laitiers. A deux mois de l'expiration du régime des quotas laitiers, l'ambiance n'est pas à l'euphorie, mais au contraire studieuse pour comprendre les nouveaux paramètres d'évolution du prix du lait, et appréhender ce qui sera le premier facteur limitant dans les exploitations laitières : le facteur travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Frédéric David, André Bonnard et Cédric Henry.
Frédéric David, André Bonnard et Cédric Henry. - © J.D

Le facteur travail est devenu dans beaucoup d'exploitations agricoles le premier facteur limitant. Avec l'arrêt des quotas laitiers beaucoup d'exploitations agricoles vont pouvoir retrouver une certaine forme de liberté d'entreprendre... mais pour faire quoi ? S'agit-il de développer la production, d'agrandir l'exploitation, de développer un nouvel atelier ? A chaque fois le facteur travail va être déterminant soit pour une question de volume soit sur des questions d'adaptation aux tâches à accomplir. Pour 62 % des exploitations aujourd'hui le travail est une vraie préoccupation.

Le travail premier facteur de production

Emmanuel Beguin de l'institut de l'élevage a beaucoup travaillé sur ces questions. Il rapporte le fait qu'au delà des questions de temps de travail, ce sont aujourd'hui les questions du rapport au travail et du rapport entre le temps consacré au travail et celui réservé à la famille et au temps libre qui ont considérablement évolué.

La question n'est plus seulement celle du volume horaire. La pénibilité des tâches, leur rythme, leur organisation, bien sûr le revenu qu'elle permettent de dégager, sont autant d'éléments qui contribuent ou non à l'attractivité d'un métier.

Toutes ces questions n'étaient que rarement évoquées jusque là dans le monde agricole. Mais aujourd'hui on ose évoquer ces questions, poser celle du stress, de l'isolement dans le travail, de la pénibilité de tâches qui usent physiquement et psychologiquement.

Au delà des questions, l'important est bien sûr d'identifier des solutions, des perspectives. Elles sont aujourd'hui multiples et diverses, encore faut il savoir faire le tri entre ces solutions. Le mieux pour ce faire est probablement d'avoir bien identifié au départ les ambitions, les attentes et les objectifs.

Privilégier une externalisation de certaines tâches mais lesquelles, embaucher, mécaniser voire robotiser. A chacun de se faire son idée sa solution, les outils existent pour réfléchir et construire des réponses et des solutions de long terme.

Une chose semble acquise aujourd'hui, dans beaucoup d'exploitations une bonne réorganisation du travail permet à elle seule de gagner 20 % de temps d'astreinte. Pratiquement le temps que permet d'économiser un robot de traite !

Gérer l'offre ou la demande ?

Second temps fort de cette journée laitière, l'intervention d'André Bonnard, membre du bureau de la FNPL. Pour celui-ci, la fin des quotas laitiers détermine l'entrée dans une nouvelle ère, "celle ou chaque producteur aura la liberté d'avoir l'exploitation dont il a envie". Mais derrière la liberté se cache la volatilité. Il n'existe que deux solutions pour lui échapper, soit revenir à une forme de gestion des marchés  soit mettre en place à l'image des états unis, une forme d'assurance marge brute. Pour les producteurs, un seul point semble aujourd'hui évident, il est impossible d'être laissé totalement en prise avec un marché libéral. Pour André Bonnard, "les producteurs doivent proposer un nouveau modèle à l'Europe". Ce modèle doit avant tout permettre de mettre les producteurs à l'abris des crises les plus importantes. "Aucune personne n'est douée pour passer les crises, la crise arrive à un moment ou l'entreprise est soit faible, soit solide".

Il faudra soit choisir entre une gestion de la demande et adapter la contractualisation, soit gérer l'offre et dans ce cas se doter d'outils permettant de compenser la volatilité. C'est un des choix qui sera proposé au prochain congrès de la FNPL… à suivre donc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui