Terra 24 mai 2007 à 11h18 | Par C. Le Clève

Propriétaires ruraux : un indice des fermages à réviser

Saisine du tribunal administratif, demande de révision de son mode de fixation… L'indice des fermages a focalisé les débats qui ont animé l'assemblée générale de la propriété privée rurale, mercredi dernier, à la Chambre d'agriculture de Vannes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aux cotés d'Hervé du Cleuziou, à droite, Joseph Lynier de la Barbée, administrateur de la fédération nationale de la propriété privée rurale.
Aux cotés d'Hervé du Cleuziou, à droite, Joseph Lynier de la Barbée, administrateur de la fédération nationale de la propriété privée rurale. - © TERRA
“L'état des lieux est catastrophique". Quatre années de baisses consécutives de l'indice des fermages auront eu raison du moral des 900 adhérents qui se groupent sous la bannière du syndicat départemental. 39 000 propriétaires se partagent les terres du Morbihan (moyenne de 10 ha). Vidée de son contenue pour Hervé du Cleuziou, président du syndicat de la propriété privée rurale du Morbihan, la notion de propriété est mise à mal. "Le système des fermages est l'un des plus rigides qui soient et quand Laurent Kerlir en personne dit avec nous "arrêtons la baisse", l'administration répond "appliquons les texte" a-t-il déploré devant une salle des sessions comble. Le syndicat a donc décidé de boycotter les réunions institutionnelles et de porter l'affaire devant le Tribunal administratif. Egalement pointée du doigt, la Safer "organisme de mécontentement des campagnes".
 
Réformer l'indice
Indexé à la fois aux revenus de la ferme France, à ceux de la ferme morbihannaise et d'une composante bovin/lait propre au département, "le mode de fixation de l'indice est à revoir", insiste le président. "L'Ille et Vilaine a connu une hausse de 0,39 l'an passé et le Morbihan a chuté de 1,21, le hors sol nous fait plonger, ce n'est pas normal", déplore t-on dans la salle. Et si l'arrivée du nouveau chef de l'Etat fait naître l'espoir de la révision du mode de fixation, les propriétaires se disent favorables à la prise en compte "de l'évolution du foncier, de l'indice du coût de la vie et le prix moyen pratiqué" pour intégrer le prix du marché. Conséquence de cette dévalorisation, la vente des terres. "Or la location est un point positif pour que les exploitants sortent un revenu" a plaidé Jean Paul Touzard, élu de la Chambre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

55 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui