Terra 28 mars 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le blé Agri éthique arrive en Bretagne

Du champ à la baguette, le blé Agri éthique garantit une répartition équilibrée de la valeur ajoutée. En Bretagne, une première boulangerie vient de s'engager. Et la démarche devrait bientôt s'étendre au lait, au boeuf...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Fabien Talbot, co-responsable de la boulangerie "Au paradis gourmand", à Guipavas (29), Jean-Christophe Paturel, responsable commercial de la minoterie du Bocage, à Binic (22), Josiane Nicolas, co-responsable de la boulangerie "au paradis gourmand", et Ludovic Brindejonc, directeur général d'Agri éthique.
De gauche à droite : Fabien Talbot, co-responsable de la boulangerie "Au paradis gourmand", à Guipavas (29), Jean-Christophe Paturel, responsable commercial de la minoterie du Bocage, à Binic (22), Josiane Nicolas, co-responsable de la boulangerie "au paradis gourmand", et Ludovic Brindejonc, directeur général d'Agri éthique. - © Terra

 

Ces dernières années, le prix du blé panifiable a varié de 80 à 300 €/t. Difficile de faire face à de telles fluctuations de cours quand on est agriculteur, minotier ou boulanger, ce qui a poussé quelques acteurs de la filière à lancer, en juin dernier, la démarche Agri éthique. "Les agriculteurs ont calculé leur coût de revient, détaille Ludovic Brindejonc, le directeur général d'Agri éthique. Ils s'engagent à vendre à prix constant leur blé pendant trois ans". Regroupés au sein de trois coopératives, Cavac (85), CAPL (49) et Epi Salvagnacois (81), ils sont 500 à avoir franchi le pas. Pour le moment, huit minoteries les ont rejoints, s'engageant à se fournir en blé dans un rayon de 250 km, et près de 200 boulangeries ont adhéré à la démarche. "De tels engagements fidélisent notre clientèle et ont changé le métier de nos commerciaux, reconnaît Jean-Christophe Paturel, de la minoterie du Bocage, à Binic (22). Ils discutent qualité de farine, développement... avec nos clients, mais plus du prix, puisqu'il est fixe pour trois ans".

 

Au juste prix

Josiane Nicolas et Fabien Talbot, son fils, ont lancé il y a 4 ans et demi la boulangerie Au paradis gourmand, à Guipavas. "Dès le début, nous avons travaillé avec la minoterie du Bocage. Et nous avons voulu nous démarquer avec des produits de qualité". Ce sera d'abord le blé CRC, culture raisonnée contrôlée, puis le label rouge, il y a quelques mois, pour la baguette tradition. Avec, à chaque fois, une communication vers le consommateur.

 

Quand la minoterie du Bocage a évoqué la démarche agri éthique, Josiane Nicolas n'a pas hésité longtemps. Et, le 20 mars dernier, Au paradis gourmand a été la première boulangerie bretonne à se lancer. "Je suis fille d'agriculteurs. Je trouve normal qu'eux aussi gagnent leur vie". "Cette démarche correspond tout à fait à notre façon de penser, rajoute Fabien Talbot. Nous cherchons à nous approvisionner au local. Et des prix garantis pendant trois ans nous permettent de sécuriser notre activité". D'abord lancée sur le blé, la démarche Agri éthique devrait d'ici quelques années se décliner dans d'autres productions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

8 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui