Terra 21 décembre 2012 à 12h54 | Par Claire Le Clève

Pour chauffer maison et salle de traite - Du bois plaquette issu de la ferme

Installés depuis 6 ans à Inguiniel, sur une exploitation laitière, Bertrand et Laetitia Lombard ont profité en 2011 de la rénovation de leur logement pour installer une chaudière à bois déchiqueté. En salle de traite et à la maison, ils valorisent les 20 km de haies et 15 ha de bois présents sur la ferme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
-Bertrand Lombard : "Je
raisonne le broyage à la parcelle. C'est vrai qu'il faut organiser
son chantier pour éviter de perdre du temps car le déchiquetage est
facturé à l'heure"
-Bertrand Lombard : "Je raisonne le broyage à la parcelle. C'est vrai qu'il faut organiser son chantier pour éviter de perdre du temps car le déchiquetage est facturé à l'heure" - © claire le clève




"C'est simple-évalue Bertrand Lombard- avant l'installation de la chaudière, le
ballon marchait 24h sur 24 pour produire les 600 l d'eau chaude dont
on a besoin quotidiennement en salle de traite. Ce sont 250 euros
d'électricité d'économisés tous les mois
", apprécie
l'éleveur dont le troupeau de Monbéliardes donne 760 000 litres de
lait par an. Mais ce n'est pas le seul avantage qu'il voit à
l'installation de sa chaudière de marque Hargassner (puissance de 35
kW). Elle a pris place, l'hiver dernier, dans le local technique
jouxtant le silo de 15 M3 de bois déchiqueté. De l'autre coté de
la cour, la longère rénovée est chauffée elle aussi, grâce aux
plaquettes issues de l'entretien des 20 km de haies maison. Unique,
le ballon d'eau chaude sanitaire sert la salle de traite et le
chauffage de l'habitation. "La chaudière est totalement
automatique, le chargement, l'allumage, le décendrage, la régulation
de puissance
". Un réel confort que le couple apprécie
"d'autant qu' on a plutôt tendance à l'oublier sauf quand
il faut la décendrer,une fois toute les 3 semaines en hiver
".
Quant au remplissage du silo ? "En hiver, je le remplis
en ½ heure au godet, j'estime que ce n'est vraiment pas une
contrainte
", détaille t-il en comparaison avec
l'exploitation du bois bûche qu'il réalisait auparavant. "C'est
moins de travail et surtout avec le déchiquetage, je règle le
problème des bois de petites sections, tout passe dans la machine
".
Là aussi, un réel confort.





7 ans de retour sur investissement


Pour ce faire, le couple a réalisé un
investissement de 20 000 euros répartis entre l'achat de la
chaudière, la plomberie et la réalisation du local technique. Il a
touché 2 000 euros de subvention de l'Ademe. "J'estime le
retour sur investissement à 7 ans
", relève l'éleveur. Un
investissement rendu possible grâce aux 15 ha de bois sur les 160 ha
de SAU et les 20 km de haies qui bordent les champs de l'
exploitation. "J'ai ce gisement. Il nous faut bien entretenir
tout cela mais aussi le gérer. Je raisonne le broyage à la
parcelle. C'est vrai qu'il faut organiser son chantier pour éviter
de perdre du temps car le déchiquetage est facturé à l'heure
",
présente ce jeune éleveur. 1 heure pour l'élagage, 2 pour le
rangement et la mise en place et "1h30 pour le déchiquetage
en plaquettes pour produire les 40 m3 dont j'ai besoin annuellement
".
Une prestation qu'il fait réaliser par l'ETA pour un coût de 15
euros du M3. "Par ETA ou par Cuma, désormais, sur toute la
Bretagne des déchiqueteuses existent
", indique Marc Le
Treïs responsable de l'association Aile. Pour en savoir plus, une
démonstration d'entretien et de valorisation du bois aura lieu le 11
janvier prochain sur Cléguérec au Stumo. L'occasion de découvrir
le matériel d'élagage et de déchiquetage mais également que
"faire la plaquette Bois énergie rentable, ça se prépare".





Claire Le Clève





 


 


 


 


 





Un silo de 15 m3 chargé au godet
Un silo de 15 m3 chargé au godet - © claire le clève

Focus


Aile anime le plan Bois énergie


L'association Aile, agence locale de
l'énergie, est spécialisée dans les économies d'énergie et la
valorisation de la biomasse en milieu agricole et rural. Elle
organisait en partenariat cette journée de démonstration le 12
décembre dernier. Elle assure l'animation du Plan Bois Energie
Bretagne avec le soutien de l'Ademe, du conseil régional et des
départements. Elle promeut le développement de ces chaudières à
bois déchiqueté aussi bien auprès des éleveurs que des
collectivités avec un accompagnement technique mais elle participe à
la structuration des filières d'approvisionnement. Elle suit
également le développement des offres de chaudières et le suivi
technique avec mise à disposition d'une liste d'opérateurs. Pour
plus de renseignement Aile : 02 99 54 63 23, www.aile.asso.fr


Repères

Coût moyen du déchiquetage : 15
euros/ m3 sec

 

1m3 de bois déchiqueté = 800 kW/h =
2ct du kW/h

 

4m3 de bois sec = 1 tonne

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui