Terra 11 décembre 2014 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Consommateur : responsable ou victime d'un système

Le consommateurs est- il schizophrène dans ses actes d'achat ? Il veut tout : des prix bas, la sécurité et la qualité des aliments. Certains le disent responsables de la malbouffe, d'autres accusent un système néo-libéral. A Brézillet le 5 décembre, devant un public nombreux, la présence de Jean-François Kahn a électrisé les débats de "Regards croisés".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A la tribune : Patrice Moyon, journaliste à Ouest-France ; Christian Troadec, maire de Carhaix ; Gérard Boivin, ancien PDG du groupe Bel, Jean-François Kahn, journaliste et écrivain, fondateur de l’Evènement du jeudi et de Marianne ; Olivier Allain, agriculteur et président de la Chambre d’agriculture 22. Débat animé par Sébastien Grosmaître de Ouest-France.
A la tribune : Patrice Moyon, journaliste à Ouest-France ; Christian Troadec, maire de Carhaix ; Gérard Boivin, ancien PDG du groupe Bel, Jean-François Kahn, journaliste et écrivain, fondateur de l’Evènement du jeudi et de Marianne ; Olivier Allain, agriculteur et président de la Chambre d’agriculture 22. Débat animé par Sébastien Grosmaître de Ouest-France. - © Terra

Le consommateur est-il bouc-émissaire ou responsable de ce que certains appellent la malbouffe. Les uns pensent oui, les autres pensent non. Car on parle bien de malbouffe. Qu'on se le dise, cocorico, en France, nous sommes les meilleurs en terme de sécurité alimentaire. "Au top", insiste Gérard Boivin, agronome et économiste, ancien PDG du groupe Bel. Tous les spécialistes, professionnels et journalistes présents au débat, organisé par la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, s'accordent sans exception sur la qualité sanitaire des aliments présents dans nos assiettes. "Le standard n'a cessé de se relever. Le lait standard est de haute qualité", pointe Olivier Allain, président de la chambre d'agriculture. "Depuis ces 20 dernières années en Bretagne, il n'y a pas eu de scandale sanitaire", confirme Patrice Moyon, journaliste à Ouest-France. Le consommateur peut donc manger à belles dents, sans arrière pensée.

Il n'y aurait que de mauvais comportements alimentaires, qui découlent du mode de vie et/ou du manque de pouvoir d'achat. Qu'est- ce qui est bon et donne du plaisir à moindre coût ? "Le sel, le gras et le sucre", répond l'ancien patron du groupe Bel, administrateur à l'Anses et président de la com- mission Qualité-nutrition de l’Ania. Citant une étude de "60 millions de consommateurs", il pointe le fait que le consommateur a bien une part de responsabilité.

Le néo-libéralisme des centrales d'achat

Oui mais voilà, face au consommateur lambda, il y a un animal à sang-froid, qui compte et amasse du pouvoir au sein même de l'Etat. C'est en tout cas, ce que le journaliste et homme politique Jean-François Kahn dénonce sous le terme de néo-libéralisme. "En 1959, j'étais tout petit journaliste dans les rues de Paris, il y avait un farfelu qui vendait des artichauts en direct : il s'appellait Leclerc", raconte pour l'anecdote Jean-François Kahn. "Du libéralisme, nous sommes passés à un système de centrales d'achat, produit de la financiarisation. C'est du néo-libéralisme". Selon lui, il y aurait bien une double centralité au sein de l'Etat. Ce cartel de la grande distribution exerçant une pression sur les marges des entreprises et des producteurs, "impute l'investissement et l'innovation", partage Patrice Moyon.

Des pratiques cachées

Face à l'attente des consommateurs, distributeur et grande distribution s'adaptent, rusent. La guerre des prix bas peut conduire à des pratiques que le consommateur ignore. Cela va des salaisonniers français qui achètent le porc à l'étranger et refusent l'étiquetage d'origine des viandes ; les marques européennes de textile qui font fabriquer les vêtements dans des pays où les droits du travail sont baffoués... "On ne veut pas que le consommateur sache", remarque Patrice Moyon.

Chacun y va de sa solution pour que les Bretons (producteurs, fournisseurs, consommateurs) captent de la croissance économique, de la marge et du revenu pour les actifs. La qualité des aliments et la santé pour Gérard Boivin ; la recherche et l'innovation pour Patrice Moyon ; la nécessité de réguler les marchés pour Olivier Allain ; la construction d'une Europe unifiée sur un plan fiscal et social pour Jean-François Kahn ; les opportunités de marchés à l'échelle mondiale pour Christian Troadec, maire de Carhaix. Chacun détient un bout de la solution.

La question des investisseurs chinois à Carhaix

L'intervention de Christian Troadec n'a pas laissé le public indifférent. Ce dernier a évoqué, en plus de l'usine de fabrication de lait infantile (en cours de construction), "l'implantation d'une banque chinoise", "la création d'un réseau pour l'arrivée d'autres usines". "Nous saisissons toutes les opportunités. Je fais mon travail d'élu", justifie-t-il. Question de la salle : l'arrivée d'investisseurs chinois tirera-t-elle le prix du lait vers le haut ? Les producteurs de lait verront-ils leur revenu augmenter ? "Je l'espère", a répondu le maire de Carhaix.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui