Terra 13 septembre 2007 à 09h29 | Par P. Jegat

Nicolas Sarkozy inaugure le Space - "Une nouvelle ambition pour l'agriculture"

Le premier discours agricole du président Sarkozy fera date. Mardi, à l'occasion de l'inauguration du Space, il a fait de la refondation de la PAC son crédo, à quelques mois de la présidence française de l'Union européenne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visite au pas de charge pour Nicolas Sarkozy accompagné de Jean-Michel Lemétayer.
Visite au pas de charge pour Nicolas Sarkozy accompagné de Jean-Michel Lemétayer. - © Terra
Nicolas Sarkozy n'est pas venu inaugurer le Space pour qu'on le voie mais pour qu'on l'entende. Attendu, il l'était, ainsi que le lui a rappelé Jean Michel Lemétayer, en rappelant un contexte nouveau qui laisse croire à l'opinion que "l'agriculture va bien. (...) Le paradoxe de la hausse des matières premières fragilise une partie de l'agriculture : l'élevage, soulignait le président de la FNSEA. Ce renchérissement des prix est une véritable menace pour certaines de nos productions, si les éleveurs ne peuvent pas le répercuter dans le prix de vente".
L'allusion très directe à une réforme annoncée de la Loi Galland n'a pas échappé à Nicolas Sarkozy. Ecouté avec la plus grande attention, applaudi souvent, il a tenu un vrai discours de campagne pour la présidence de l'Union européenne que la France prendra dans quelques mois. Un discours en forme de message adressé à la profession agricole aussi bien qu'aux autres Etats membres de l'UE, à la commission de Bruxelles et aux négociateurs à l'OMC, Etats-Unis et pays émergents compris.

La préférence communautaire indiscutable
Rassurant quant à la place que l'agriculture doit garder dans l'économie française, le Pré-sident de la République a abordé le nouveau contexte des prix, qui fait que, "pour la première fois depuis quarante ans, les prix mondiaux sont supérieurs aux prix européens dans de nombreuses productions". Raison de plus, pour lui, de ne pas attendre les conclusions du bilan de santé de la PAC en 2008 pour en imaginer une nouvelle.
"Je veux la rupture avec le conservatisme et l'immobilisme, a-t-il affirmé. La refondation est indispensable pour rendre une véritable légitimité à cette politique". Pour Nicolas Sarkozy, la PAC doit assurer l'indépendance et à la sécurité alimentaire de l'Europe, ambition ponctuée d'un "nous n'avons pas à nous en excuser", ciblant clairement la négociation en cours à l'OMC. Une PAC qui doit contribuer aux équilibres alimentaires mondiaux, préserver les équilibres des territoires ruraux, participer à la lutte contre les changements climatiques et à l'amélioration de l'environnement.
Quatre objectifs prioritaires donc, plus un cinquième encore plus clair : "la PAC doit être établie selon un principe indiscutable de préférence communautaire. Je serai intransigeant sur cette question lors des prochaines discussions sur le budget communautaire", a averti le Président de la République. La teneur des débats européens à venir est en tous les cas donnée, tout comme la mission respective de ses ministres de l'Agriculture Michel Barnier et de l'Economie Christine Lagarde, de travailler à la généralisation des mécanismes de gestion des risques et des aléas, à partir de l'expérience de l'assurance récolte.

"Reconstruire une véritable politique agricole"
Dans le même but de stabiliser les marchés et les prix agricoles, le Président de la République souhaite voir renforcée l'organisation commerciale de l'offre et établir un cadre spécifique aux produits agricoles dans le cadre de la réforme de la Loi Galland. Développement durable, qualité nutritionnelle et sanitaire des produits, réduction des engrais et des pesticides, valorisation de la biomasse, recherche publique en biotechnologies, installation "en masse" de nouveaux agriculteurs… Dans son intervention, Nicolas Sarkozy n'a oublié aucun des sujets agricoles qu'il a tous placés dans le même cadre de la refondation de la PAC. "Les conditions sont réunies : la France a regagné sa place dans l'Europe. Je veux prendre des initiatives fortes pour reconstruire une véritable politique agricole". Une ambition dont la première étape pourrait être un grand débat d'orientation sur l'avenir des politiques communautaires et de leurs financements. Autre étape, les négociations à l'OMC qui "doivent repartir sur des bases saines et des objectifs clarifiés", a encore affirmé Nicolas Sarkozy. "Je demande la réciprocité et la fin de la naïveté".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui