Terra 16 novembre 2007 à 12h18 | Par E.

Séchage en grange : du foin en vrac qui donne l'eau à la bouche

Michel Le Boulc'h, producteur de lait bio à Maël-Carhaix, a présenté son nouveau système de séchage du foin en grange, le 8 novembre dernier. Economie d'énergie, gain de temps, sécurité de la ration…, des avantages intéressants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une journée porte-ouverte, organisée par le Segrafo (association pour le séchage en grange des fourrages) et le Gab d'Armor.
Une journée porte-ouverte, organisée par le Segrafo (association pour le séchage en grange des fourrages) et le Gab d'Armor. - © Terra
"Il fallait attendre que le séchoir soit terminé pour stocker la première coupe. Début juin, avec trois semaines de retard, la qualité de l'herbe, arrivée au stade épiaison, était plutôt moyenne. Mais avec les coupes suivantes, on a constaté la différence. L'appétence du foin est telle qu'il vaut mieux rationner les vaches", explique Michel Le Boulc'h, producteur de lait bio à Maël-Carhaix. La nouvelle installation de séchage du foin en grange a été pensée en tenant compte du système d'alimentation des vaches. Sur l'élevage, converti à l'agriculture biologique depuis 2001, 80 % du fourrage est à base d'herbe. Finis le manque de stock hivernal et les problèmes sanitaires qui en découlent. L'accent a donc été mis sur la qualité et la quantité du foin. Objectif : sécuriser les rendements et sa valeur alimentaire.

Un séchage à l'énergie solaire
Depuis, la nouvelle installation a bouleversé les habitudes. De juin à octobre, 80 ha, soit quatre coupes d'herbe, ont été récoltés à l'autochargeuse, entre 45 et 65 % de matière sèche, avant d'être stockés en vrac dans les deux cellules du séchoir. Le séchage se poursuit pendant quelques jours pour finir le processus de conservation. Canalisé dans le double toiture, l'air réchauffé par l'énergie solaire (4-5°C), est aspiré par un ventilateur de 25 chevaux, circule dans les deux gaines de collecte, arrive sous le caillebotis des cellules (392 m3 pour 180 tonnes de foin) puis traverse les épaisseurs de foin en se chargeant d'humidité. "Le bâtiment a suffisamment de hauteur pour permettre le stockage en vrac et le travail à la griffe. Cette nouvelle installation me procure beaucoup de souplesse puisque je peux stocker 8 ha d'herbe par jour en continu pendant sept jours", poursuit l'éleveur. Le séchage sous forme de rounds a été écarté, plus gourmand en énergie, manipulation et surface de stockage
100 000 euros  investis
100 000 euros   d'investissements ont été nécessaires pour équiper le bâtiment, dont 35 200 e  répartis entre la griffe, les rails et le ventilateur. Le département, l'ADEME et la Région ont contribué au financement, à hauteur de 20 000 euros de subventions. "C'est vrai, c'est un coût", admet l'éleveur, "mais une fois, l'installation amortie, après 12 années, il n'y a pas de frais de fonctionnement. Tout au plus, 1 000 euros par an".
En face, l'éleveur comptabilise le montant des économies réalisées. 1 600 euros de coût de récolte (enrubannage, ensilage, round) et 725 euros de charge de mécanisation en moins (réduction du nombre d'heures de tracteurs)... "Maintenant, je réalise en moyenne deux fanages. C'est aussi zéro round contre 500 à 600 auparavant". Pas de doute, le confort de travail est lui aussi apprécié : il n'y a plus d'ensilage d'herbe distribué, ni de bâche à bouger…. Distribuer le foin à l'auge ne demande pas plus de dix minutes.
Autre atout. Travailler avec une ration équilibrée devrait permettre 500 litres supplémentaires par vache, avec comme objectif une production de 6 500 litres, sans autre apport l'hiver que du foin, des betteraves et des céréales. Finies également les acidoses
L'intérêt du système, c'est aussi l'augmentation du nombre de coupes, en démarrant tôt la récolte. L'objectif de l'éleveur est de passer de 4 à 5 coupes. D'où l'importance d'adapter  également l'herbe à l'outil.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui