Terra 19 mars 2015 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Valls au chevet des producteurs de porcs

Le Premier ministre socialiste venu soutenir les candidats aux élections départementales dans les Côtes d'Armor les 13 et 14 mars, est allé à la rencontre des éleveurs de porcs sur un élevage à Pléboulle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Manuel Valls à Pléboulle, en visite sur un élevage de 380 truies naisseur-engraisseur lors de sa tournée électorale en Côtes d'Armor le 14 mars. " La qualité du porc français n'est pas  © Terra Le jeune éleveur Johann Lecorguillé a décrit à Manuell Valls la situation de son élevage situé en bassin algues vertes. © Terra

Peut-être par crainte de voir sa campagne perturbée par des manifestations d'éleveurs de porcs, mobilisés depuis plus d'un mois contre des prix de vente trop bas, Manuel Valls a multiplié les gestes envers les producteurs lors de sa venue en Côtes d'Armor. Alors qu'il était en meeting à Yffiniac, sa conseillère en agriculture, Marie Guittard rencontrait les professionnels de la filière à la préfecture de Saint-Brieuc. A Yffiniac, il est vrai, une trentaine d'agriculteurs bio ont manifesté pour faire part de leur mécontentement face à la baisse des aides de 25% en 2014. Le lendemain, dès 9 h du matin, Manuel Valls était cette fois sur l'élevage de Yohann Le Corguillé, installé il y a un an à peine en bassin versant algues vertes. Les échanges avec le jeune agriculteur, les élus puis les représentants de la profession (FNP, FRSEA, JA-FDSEA, chambre d'agriculture, coopérative...) ont duré en tout une heure. Le Premier ministre a ensuite rejoint le marché de Saint-Brieuc pour un traditionnel bain de foule.

 

Des messages de soutien

À peine sorti de sa voiture, Manuel Valls a parcouru l'exploitation accompagné de l'éleveur. Deux arrêts auprès des fosses à lisier, une visite dans le bâtiment des truies gestantes, un entretien à huis clos avec une dizaine de professionnels agricoles... et une organisation orchestrée au millimètre près. C'est un Premier ministre, à l'écoute, compréhensif, qui s'est adressé à la presse, avec comme premier message, un message de soutien du porc français. "Nous avons des éleveurs qui font un travail de très grande qualité. La qualité du porc français n'est pas à démontrer. Il faut consommer le porc français", a-t-il défendu. Il s'est dit conscient de la très grande inquiétude - "et le mot est faible" - des éleveurs et de leur famille. "La détresse est palpable. Il faut agir vite", a-t-il reconnu. Il a annoncé une prochaine réunion du ministre de l'Agriculture avec la grande distribution, "il faut une discussion directe et très franche pour que nous trouvions ensemble des solutions". Lui-même abordera la question des distorsions de concurrence et de la sortie de l'embargo russe lors de sa rencontre avec la Commission européenne le mercredi suivant. Puis il a conclu : "sortons des clichés, valorisons la qualité". Du côté des professionnels, le bilan était plutôt positif. "Il a compris les enjeux", partage un représentant FDSEA-JA. "Mais nous jugerons sur les actes".

Qualité, environnement mais prix bas

Investissements, environnement, distorsion de concurrence, marge captée par la grande distribution, qualité et prix bas... c'est avec aisance que le jeune éleveur Yohann Le Corguillé installé en 2014 a décrit à Manuel Valls, la situation de son élevage de 380 truies NE (deux salariés), situé en bassin versant algues vertes. "Nous investissons de gros capitaux, nous voulons récupérer un peu les marges prises par la grande distribution", a-t-il dit au Premier ministre. Et d'ajouter. "On laisse de l'argent dans l'environnement. Les normes ne nous rapportent pas". Le jeune agriculteur a également expliqué qu'il avait un projet de 200 000 € (en suspens) dans une station de traitement du phosphore.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui