Terra 14 mars 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Sica : nos fondamentaux sont toujours d'actualité

Après 10 ans à la tête de la Sica de Saint Pol de Léon, Pierre Bihan-Poudec s'apprête à partir en retraite. L'occasion pour celui qui a siégé 30 ans au conseil d'administration et succédé à Alexis Gourvennec à la présidence de la coopérative légumière du Nord Finistère de revenir sur les valeurs qui ont présidé à sa création.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre Bihan Poudec présidera demain 15 mars sa dernière AG.
Pierre Bihan Poudec présidera demain 15 mars sa dernière AG. - © Terra

Producteur d'échalotes et de choux-fleurs à Plounéour Trez (29) avec son épouse, Pierre Bihan-Poudec présidera demain sa dernière assemblée générale de la Sica. Et, au moment de rendre les clés, il veut rappeler aux plus jeunes que les valeurs qui ont présidé à la création de la Sica, il y a maintenant plus de 50 ans, sont toujours d'actualité. A commencer par la concentration de l'offre. "Elle permet de rééquilibrer le poids de la production par rapport à la grande distribution".

 

Un cadran pour fixer le prix

Présent dès la création de la Sica, le cadran a, depuis, fait des émules dans d'autres productions agricoles. "J'y vois deux avantages, détaille Pierre Bihan-Poudec. Fixer le prix de façon mécanique, en confrontant l'offre et la demande. Mais aussi rester dans le marché, même si c'est parfois douloureux". La Sica offre aussi un délai de paiement garanti à ses adhérents. "En cas de défection du négociant, c'est l'organisation qui prend le relais". Et le corps des contrôleurs permet d'assurer à l'acheteur que la marchandise répond bien au cahier des charges. "Notre principal atout, c'est que notre volume, 300 000 t de légumes, et notre gamme, 70 000 références, nous rendent incontournables sur le marché européen". Sans oublier la marque Prince de Bretagne, qui a fédéré les producteurs du Finistère, des Côtes d'Armor et d'Ille-et-Vilaine, "une de nos plus belles réalisations".

 

Moderniser les stations

Mais à l'heure du bilan, Pierre Bihan-Poudec n'en oublie pas les points faibles de la zone légumière. "On nous a confisqué notre liberté d'entreprendre". Et le président de la Sica de fustiger l'arrêt des travaux des stations de Vilar Gren, à Saint Pol de Léon et de Cléder-Plouescat, qui doivent permettre de regrouper une bonne partie de la production de la zone légumière finistérienne. "Aujourd'hui, les camions ont, en moyenne, 7 points de chargement avant d'être complets", a calculé la Sica. Un surcoût qui pèse sur les comptes des légumiers, sans compter que certaines enseignes exigent désormais un seul point de chargement.

Pilotées par informatique, ces nouvelles stations permettront le développement de puces RFID, un plus en matière de traçabilité, mais aussi la mise en place de nouveaux outils pour la segmentation. "Il nous faut nous projeter à 15-20 ans". Imaginées dès 2007, ces stations auraient dû être inaugurées courant 2013. "On prend du retard. Pendant ce temps, nos concurrents avancent". Mais le président de la Sica veut conclure sur une note positive. "L'agriculture va bénéficier de la hausse générale des prix des matières premières. Et la croissance démographique va entraîner une tension sur les marchés agricoles".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui