Terra 26 septembre 2007 à 14h53 | Par B. Gauthier

Opération paille, les premiers camions arrivent

Pour accompagner ses adhérents à la recherche de fourrages, la Fdsea a organisé une "opération paille". Les premières livraisons viennent d'arriver chez les éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les premiers camions arrivent, apportant la paille nécessaire aux éleveurs.
Les premiers camions arrivent, apportant la paille nécessaire aux éleveurs. - © TERRA
Alors que les moissons s'annonçaient exceptionnelles cette année, la pluviométrie cumulée des mois de mai, juin, juillet atteignait plus de 300 mm contre 150 mm habituellement en Ille-et-Vilaine. Les éleveurs se sont rendus compte tardivement de la mauvaise qualité de la paille (difficulté de récolte, paille brisée,…). Pour faire face à cette situation de crise, début août, la Fdsea a appelé l'ensemble des agriculteurs à ne pas broyer la paille (voir article Terra du 3 août), puis commençait à recenser les besoins une semaine plus tard, par le biais d'articles et de courrier à tous les responsables communaux.

Réagir pour limiter a spéculation
"Cette opération, déclare René Collin, président de la Fdsea d'Ille-et-Vilaine, avait pour but de faire face à la pénurie, freiner l'inflation et limiter la spéculation". Mais les opérations paille restent compliquées à mettre en œuvre. Après avoir bloqué 1 000 tonnes de paille, des contacts avec des transporteurs (SNCF, transporteurs routiers) ont été pris pour définir un prix rendu Ille-et-Vilaine. La solution du transport par camion, plus souple et moins chère a été retenue. A la fin des moissons, les besoins pour le département se sont envolés avec plus de 4 000 tonnes supplémentaires demandées.

Une demande nationale qui s'affole, les prix qui s'envolent
"Mais face à une demande en constante augmentation (plus de 60 000 tonnes commandées en Pays de Loire), les prix ont subis des tensions inflationnistes très fortes, rappelle Jérôme Payoux, directeur de la Fdsea d'Ille-et-Vilaine. Début septembre, nous avons trouvé, in extremis, 4 000 tonnes dans les Landes, mais 20 euros plus chers que les premières 1 000 tonnes commandées".
Face à cette augmentation, les agriculteurs ont choisi de limiter les apports en paille autant que faire se peut, mais certains ont des besoins incompressibles (à l'exemple de la volaille).
Pour conclure, René Collin insiste sur le fait que "grâce à l'action de la Fdsea, les agriculteurs demandeurs ont économisé plus de 1 200 euros pour 30 tonnes commandées en moyenne. Mais le surcoût pour les agriculteurs est estimé à prés de 2 100 euros par exploitation. C'est pourquoi nous demandons au Conseil général de nous soutenir et qu'un dossier vient d'être transmis".
Actuellement, les agriculteurs demandeurs doivent transmettre à la Fdsea 35 leur bon de commande. Si par chance certains avaient trouvé des solutions par eux même, ils doivent prévenir la FDSEA. Car  plus de 1 000 tonnes sont encore nécessaires pour couvrir tous les besoins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui