Terra 06 mars 2015 à 08h00 | Par Propos recueillis par Christophe Sartin Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine

Ils fournissent la restauration collective

Depuis 2014, la ferme de Meul’n a pris un nouveau cap. Elle abrite un atelier de transformation de produits laitiers. Anne-Soizic et Yoann Liger produisent sur place des yaourts et du fromage blanc bio. Pour ces producteurs locaux, le marché de la restauration collective est un volet capital et valorisant pour le développement de leur activité…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anne-Soizic et Yoann Liger
Eleveurs de vaches laitières à Maure de Bretagne (35)
Anne-Soizic et Yoann Liger Eleveurs de vaches laitières à Maure de Bretagne (35) - © Matthieu Chanel/Agrobio

Comment s'organise votre activité ?

Anne-Soizic et Yoann Liger. Nous sommes avant tout des producteurs. Nous produisons du lait bio, des œufs bio de marans. Une partie de notre lait est vendue en laiterie. Et nous avons décidé de produire nous-mêmes à la ferme nos yaourts, notre fromage blanc. Nous pratiquons la vente directe à la ferme, mais aussi par le biais de paniers : Le Goût d’ici. Nos produits sont également à la vente dans des épiceries et GMS de proximité. Nous sommes aussi présents sur le marché des Lices (à Rennes). Et nous vendons nos produits laitiers fabriqués dans notre atelier de transformation à la restauration collective.

 

Pourquoi ce choix du marché de la restauration collective ?

A-S. et Y.L. Ce marché participe au développement de notre activité. Un nombre croissant d’élus et de cuisiniers sont sensibles aux produits de qualité et de proximité. Approvisionner le local permet de se rapprocher du consommateur, d’instaurer un dialogue et une confiance.

 

Comment vous y prenez-vous aujourd’hui ?

A-S. et Y.L. Il faut aller à la rencontre des collectivités et des professionnels. Nous le faisons régulièrement. En mai dernier, nous avons par exemple participé au forum des producteurs du Pays des Vallons de Vilaine. Nous avons rencontré des gestionnaires de cantines, des sociétés de restauration collective. Mais il faut aller plus loin dans la démarche. Depuis novembre dernier, nos yaourts sont référencés dans les restaurants d’entreprises du groupe Ansamble (ex-Breiz Restauration), après une rencontre de producteurs organisée par la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine. Quand je visite une collectivité, je fais goûter nos produits, je laisse un échantillon et nos tarifs au chef cuisinier. La partie commerciale est très importante. Il faut pouvoir convaincre sur la qualité de ses produits et se donner les moyens pour les vendre. Notre démarche est aussi pédagogique. On tient compte des remarques des clients et on s’adapte à eux. Nous faisons aussi des efforts en matière de tarif.

 

Pour vos produits laitiers destinés à la restauration collective, décrivez-nous votre mode d’organisation ?

A-S. et Y.L. Les lundis et mardis sont des jours de production. Le mercredi est réservé au conditionnement. Les jeudis et vendredis, nous effectuons nos livraisons.

Vos démarches auprès de la restauration collective
sont-elles concluantes ?

A-S. et Y.L. C’est le cas des tests dans les restaurants inter-entreprises du groupe Ansamble. Nous leur livrons régulièrement des yaourts aux fruits bio, des yaourts natures bio, du fromage blanc 40 % pour leurs clients, à Rennes. Depuis 2014, des restaurants d’entreprises, des collectivités (écoles, lycées, collèges, maison de retraite…) ont intégré nos produits laitiers dans leur menu et commandent régulièrement.  Des villes ont choisi de développer l’approvisionnement en produits locaux. La démarche porte ses fruits. Il faut poursuivre. Pour vendre à la restauration collective, il faut aussi se former et bien se faire accompagner. Pour nous producteurs locaux, le marché de la restauration collective représente des volumes avec un réel potentiel en termes de développement d’activité.

Repères

A la tête de l’exploitation familiale depuis 10 ans, Yoann Liger élève 60 vaches laitières et  60 génisses. La ferme s’étend sur 90 hectares et la moitié est cultivée en prairie pour produire du foin et faire pâturer les animaux. Au fil des ans, quatre générations  ont contribué au maintien de la structure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui