Terra 19 décembre 2014 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

L'amont de la filière lait dans le collimateur des producteurs

Le prix du lait est annoncé en baisse sur le premier trimestre 2015. Hervé Moël, secrétaire général de la FRSEAO Lait, fait un état des lieux. Il dénonce notamment le non-respect des engagements contractuels et des indicateurs par les entreprises laitières. "On veut que l'écart avec l'Allemagne soit rattrapé début 2015".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Moël, producteur de lait à Bourbriac (22) et secrétaire général de la FRSEAO Lait.
Hervé Moël, producteur de lait à Bourbriac (22) et secrétaire général de la FRSEAO Lait. - © Terra

S'il y a des raisons d'être inquiets pour le début de l'année 2015, Hervé Moël, porte-parole de la FRSEAO Lait veut "rester légitimement optimiste". Loin la pensée de revivre une crise brutale semblable à 2009 comme on l'entend ici et là. Il est vrai que depuis le mois août, les produits industriels connaissent une forte dégradation sur les marchés, soumis à l'action conjuguée de l'embargo russe et de la baisse d'approvisionnement chinois. Il faut s'attendre à un court terme compliqué. "Les producteurs sont entrés dans une période de forte turbulence mais dans un contexte mondial porteur pour le lait. On sait que la demande mondiale d'ici 2030 sera supérieure à la production", indique Hervé Moël. En attendant de nourrir les bouches sur les marchés mondiaux, les indicateurs de marché pour le 1er trimestre 2015 tablent sur une baisse de 10 % du prix du lait par rapport à 2014, "autour de 320-330 €/1000 litres avec un coût de production qui reste très élevé", ajoute le responsable . Combien de temps durera la zone de turbulence ? Qui peut prédire l'évolution du contexte géo-politique ?

"Il manque l'écart avec l'Allemagne"

Mais l'équation ne se résume pas à la seule fluctuation des marchés mondiaux. Dans l'hexagone, la FNPL dénonce dans un communiqué du 10 décembre, le comportement inacceptable des entreprises françaises, et annonce "un manque à gagner de 540 millions d’euros pour les éleveurs français comparé à leurs collègues allemands soit l’équivalent de 8 000 euros par exploitation depuis 17 mois". Sont pointés du doigt le non respect du réglement intérieur par les coopératives et le non recpect du contrat passé entre les OP et les entreprises privés en matière de prix (contrat se référant aux indicateurs du Cniel).

"Doit-on voir dans le non-respect des engagements contractuels et des indicateurs, le seul levier des entreprises pour restaurer leur marge ou payer des dividendes ?“, poursuit la FNPL dans son communiqué.

Du côté du syndicat, la volonté est de récupérer début 2015 le manque à gagner. Un des moyens évoqués est d'entamer des actions en justice contre les entreprises privées. "La nouvelle Loi d'Avenir donne droit aux organisations de producteurs d'agir juridiquement", annonce Hervé Moël. Cependant, le décret d'application de la loi est toujours en attente. "Quant aux coopératives, adhérents et syndicat doivent mettre la pression. Nous demandons une transparence totale", ajoute le responsable.

Le Pacte laitier : un engagement entre 14 partenaires

"La fin des quotas est une révolution. La région est dynamique, nous devons maintenir cela". La FNPL a préparé le changement en créant le pacte laitier signé le 26 novembre", partage Hervé Moël. La FNPL, les pouvoirs publics et 12 partenaires ont signé des engagements. Dans le Pacte Laitier, les pouvoirs publics s'engagent notamment via FranceAgriMer à développer un observatoire des volumes de lait "réactif et objectif". Les banques (et les assurances) à proposer des solutions assurantiels pour les fourrages, à revoir les garanties bancaires pour faciliter les investissements... Un nouveau logo "lait collecté et conditionné en France" a également été validé.

"Le but est aussi de simplifier le processus d'installation et d'investissement. Que celui qui a un projet puisse le mener. La fin des quotas n'est pas synonyme de libéralisme à tout va", résume le secrétaire général de la FRSEAO Lait.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui