Terra 12 septembre 2012 à 16h52 | Par Chantal Pape

Plant de pomme de terre - La Bretagne progresse à l'export

En 10 ans seulement, la Bretagne a multiplié par deux les ventes de plants de pommes de terre à l'export, pour frôler les 90 000 tonnes. A elles seules, les variétés de Bretagne Plants en assurent près de 30%.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Marc Abiven, responsable de la station de création variétale de Kerloï, a présenté les dernières nouveautés le 10 septembre dernier.
Jean-Marc Abiven, responsable de la station de création variétale de Kerloï, a présenté les dernières nouveautés le 10 septembre dernier. - © terra

El Beïda, Dounia, Charmeuse et Liberta : cette année, la station de Kerloï, à Ploudaniel (29) a inscrit quatre nouvelles variétés au catalogue. Et six sont en première année d'essai, trois en France, deux aux Pays-Bas et une en Italie. "Une grande année, reconnaît Emmanuel Guillery, le directeur de Bretagne Plants, dont dépend la station. D'habitude, c'est plutôt une ou deux variétés".
C'est qu'au fil du temps, les destinations à l'export se sont diversifiées, obligeant à coller aux conditions locales. "Ne serait-ce qu'en Afrique, le climat est très différent des pays du Maghreb à l'Angola ou au Soudan". Les utilisations, aussi, sont diverses. "En France, nous sommes présents sur tous les créneaux : chair ferme, consommation lavable, transformation en frites ou chips. A l'export aussi".
Un export qui draine des volumes de plus en plus conséquents. "Au début des années 2000, la Bretagne exportait 40 000 t de plants, se souvient Dominique Morvan, président de Bretagne Plants. Sur la campagne 2011-2012, nous en étions à plus de 89 000 tonnes". Et les variétés issues de la station de Kerloï suivent le même chemin. "Sur les 42 000 tonnes produites cette année, 25 000 tonnes ont été exportées sur plus de 25 pays".
C'est donc fort logiquement que la journée portes ouvertes de Kerloï draine un public toujours plus international. "Arabie Saoudite, Canada, Egypte, Grande-Bretagne, Jordanie, Mali, Pays-Bas, Pologne, Tunisie et Turquie : le 10 septembre dernier, nous avions dix délégations étrangères, se félicite Emmanuel Guillery. Dont le vice-ministre de l'Agriculture égyptien".


Des rendements hétérogènes

Regroupant tous les maillons de la filière plant de pommes de terre, la journée portes ouvertes de Kerloï est aussi l'occasion de faire le point sur la campagne en cours. "Cette année, les plantations se sont échelonnées de mi-mars aux premiers jours de juin", rappelle Dominique Morvan. Les arrachages ont donc pris du retard et en sont, pour le moment, au tiers des surfaces. "Les rendements sont très hétérogènes d'une parcelle à l'autre, et oscillent de 35 à 45 t/ha, constate Emmanuel Guillery, qui s'attend à une perte de rendement de l'ordre de 10% par rapport à l'an dernier. Mais elle avait été une année exceptionnelle".
Il faudra attendre la fin des arrachages pour connaître plus précisément la qualité du plant. "Cette année, il n'y a pratiquement pas eu d'attaque de puceron : il n'aime pas le temps pluvieux. Par contre, il y a eu une forte pression de mildiou. Le risque est qu'il descende maintenant dans les tubercules fils". Reste donc à espérer que le temps se maintienne au beau. "En conditions sèches, avec un plant bien séché en tas, il ne devrait pas poser trop de problèmes".
Chantal Pape

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui