Terra 01 août 2013 à 08h45 | Par Chantal Pape

Destruction des chardons - Deux poids deux mesures ?

Comme les agriculteurs, les syndicats d'eau, communes et communautés de communes ont obligation de détruire les chardons dans leurs parcelles. Mais, un an après avoir dénoncé le laxisme de certains d'entre eux, la FDSEA constate que, sur le terrain, les choses ne s'améliorent pas !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En septembre 2012, les agriculteurs de Mahalon et les responsables de la FDSEA avaient déjà dénoncé le manque d'entretien des terres du périmètre A de protection de captage. Un an plus tard, la situation n'a pas changé !
En septembre 2012, les agriculteurs de Mahalon et les responsables de la FDSEA avaient déjà dénoncé le manque d'entretien des terres du périmètre A de protection de captage. Un an plus tard, la situation n'a pas changé ! - © Chantal Pape

Des chardons en fleur, du laiteron, du rumex... : sur les 42 ha du périmètre A de protection de captage de Mahalon, les adventices s'en donnent à cœur joie, dépassant par endroits 1,50 m de haut et étouffant les arbres qui y ont été plantés voilà 4 ou 5 ans. De quoi déclencher la colère des agriculteurs de la commune, qui ont alerté la FDSEA il y a tout juste un an.

"L'arrêté préfectoral du 15 juillet 2010 oblige propriétaires et usagers à détruire le chardon des champs avant floraison", rappelle André Quénet, vice-président de la FDSEA. Une obligation qui vaut pour les agriculteurs mais aussi pour les établissements publics de l'Etat, du département et des communes, et les établissements privés. "Trop souvent, les syndicats d'eau l'oublient". Et les conséquences sont désastreuses pour les parcelles voisines de ces terres. "Les chardons se développent, les graines se disséminent. Les efforts des agriculteurs sont réduits à néant et les rendements sont directement affectés".

Si la FDSEA a tiré la sonnette d'alarme il y a un an déjà, force est de constater que, depuis, la situation n'a pas évolué. Et Mahalon n'est pas un cas isolé. "Il aurait mieux valu laisser ces parcelles à disposition des agriculteurs, qui les auraient entretenues correctement, estime Emile Riou, vice-président de la FDSEA. Si ça continue, nous allons engager des procédures contre les syndicats d'eau ou les communautés de commune qui ne respectent pas la réglementation".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

55 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui