Terra 28 juin 2012 à 11h50 | Par P.Denis

Porc Armor Evolution 37 % des truies aux normes

La fermeté avec laquelle les administrations traitent le dossier bien-être en oeufs ne rassure pas les éleveurs de Porc Armor Evolution, face à leur échéance fin 2012, dans un contexte de dégradation des marges dans les élevages porcins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

2 % des élevages adhérents au groupement Porc Armor Evolution seront aux normes d’ici la fin de l’année, soit 60 % des truies (37 % le sont déjà et 23 % sont en cours). Les chantiers risquent donc de s’accumuler dans les mois à venir.
"Les dossiers sont à déposer d’ici au 1er septembre, même si la banque n’a pas encore été sollicitée", a averti Michel Bellaird, président du groupement, lors de l’assemblée générale le 22 juin à Pontivy. Mais sans demande déposée, à quelles sanctions les agriculteurs s’exposent-ils ? Y aura-t-il des ponctions sur les subventions si les chantiers ne sont pas terminés au 31 décembre ? Et quand démarreront les contrôles ? Si les éleveurs de porcs essaient de trouver des réponses en suivant de près les épisodes de la mise aux normes des élevages de pondeuses, Christophe Chrétien, directeur de Sanders Bretagne, ne les rassure pas vraiment. "Les décisions ont été incohérentes a posteriori. Face à un déficit de production inédit en Europe et une hausse phénoménale des cours, aucune dérogation pour permettre de produire quelques mois supplémentaires n’a été possible. On a préféré compenser le manque d’œufs dans les industries, par des importations des USA ou du Mexique". Sans parler du contentieux qui plane maintenant sur plusieurs pays européens dont la France.

Des marges en baisse à 841 euros par truie

 

La conjoncture perturbe l’avancée des dossiers bien-être en porc. Malgré des prix de vente moyens meilleurs en 2011, et des résultats techniques en léger progrès, les marges se dégradent. Celles-ci passent, en moyenne à Porc Armor Evolution, de 986 euros par truie en 2010 chez un naisseur-engraisseur, à 841 euros l’année suivante, du fait de la hausse du prix de l’aliment. Une hausse qui n’est pas prête de s’arrêter avec l’envolée actuelle des cours des protéines.
Dans ce contexte, souligne Michel Bellaird, "nous devons agir, être toujours plus efficaces dans les services aux adhérents, innover sur les plans nutritionnels, de la génétique, et de la santé animale, et surtout disposer de moyens commerciaux et logistique au plus juste de l’économique et du technique". Porté depuis plusieurs années par Porc Armor Evolution, le naissage associatif s’avère aussi un moyen de restructuration avec une maîtrise des coûts. Trois nouveaux sites ont démarré dans ce mode d’élevage en 2011, soit quinze exploitations du groupement.
Audrey Dibet

Quatrième groupement français

Issu de la fusion de Porc Armor et de Cofiporc en décembre dernier, Porc Armor Evolution représente 1,8 million de porcs charcutiers pour 700 adhérents sur tout le Grand-Ouest. La réorganisation administrative, et les mouvements de personnel liés à la fusion, se finalisent aujourd’hui pour faire place à des équipes remaniées, qui furent présentées en détail pour chacune des commissions, lors de l’assemblée générale. "Malgré un contexte de filière difficile, le résultat du groupement est positif pour la deuxième année consécutive. Il est même en amélioration, sans hausse des cotisations et dans le respect des délais de paiement à cinq jours", précise Michel Bellaird.
Porc Armor Evolution, dont la participation au MPB a progressé de 68 000 porcs en 2010 à 111 000 porcs en 2011, entend rester un acteur majeur dans la fixation du prix de base. Ce qui ne l’empêchera pas de conforter par ailleurs l’importante segmentation commerciale qui le caractérise

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui