Terra 23 février 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

Les JA traquent la viande de nulle part

Après Quimper et Brest, les JA se sont rendus à Morlaix et Quimperlé le 14 février, afin de dénoncer "la viande de nulle part", celle qui ne porte aucune indication de provenance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après Quimper et Brest le 7 février, Morlaix et Quimperlé le 14 février, les JA ont poursuivi l'opération Viande de nulle part à Paris, lors du salon de l'agriculture.
Après Quimper et Brest le 7 février, Morlaix et Quimperlé le 14 février, les JA ont poursuivi l'opération Viande de nulle part à Paris, lors du salon de l'agriculture. - © JA 29

"La mobilisation pour l’étiquetage du pays d’origine des viandes prend de l’ampleur, se félicitent les Jeunes Agriculteurs. A partir de notre site viandedenullepart.com ou de notre page Facebook, les consommateurs se prennent au jeu de la promotion ou de la dénonciation des produits qui affichent ou non l’origine". Et, dans la nuit du 11 au 12 février, le Parlement européen a adopté une résolution demandant à la Commission de faire des "propositions législatives qui rendraient obligatoire l'indication du pays d'origine de la viande utilisée dans les aliments transformés".

"Les grandes surfaces commencent aussi à réagir, se félicitent les JA, à l'image du Leclerc de Gouesnou qui a décidé de déréférencer les produits de charcuterie Herta ne portant pas la mention d'origine. "Mais nous n'allons pas nous arrêter en si bon chemin". Après Quimper et Brest le 7 février dernier, ils sont donc à nouveau partis en croisade contre la viande de nulle part, le 14 février à Morlaix et Quimperlé puis le 21 février à Paris. Car la route est encore longue. "Au sein de la Commission européenne, les réticences sont nombreuses : certains états membres se satisfont que leurs porcs, moins chers à produire grâce à des distorsions de concurrence en matière de coût du travail, normes sanitaires ou environnementales, envahissent nos étals et nos plats préparés".

Pour que le consommateur puisse choisir en toute connaissance de cause, les JA ont donc distribué bons et mauvais points et stické les barquettes de jambon, lardons et autre rosette en rose ou en noir, selon que l'origine de la viande soit ou non connue. Une opération qui a reçu l'adhésion des consommateurs, étonnés d'apprendre que le jambon "Bon Paris" n'avait de français que le nom...

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui