Terra 28 juin 2014 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Le mélange céréalier : du rendement sans d'intrant

Féverole et triticale, c'est le mélange qu'a semé sur 13 ha, Brice Le Cunff, installé en bovin viande bio, avec 45 mères, à Ploemeur. Un mélange précieux pour des rotations longues, de 7 à 8 ans et l'autonomie alimentaire de son cheptel allaitant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Triticale et féverole ont trouvé leur place dans cette parcelle
Triticale et féverole ont trouvé leur place dans cette parcelle - © Claire Le Clève

 

 

"Ce mélange, c'est une culture qui peut se placer un peu partout dans une rotation et en fin de cycle". Il leur était pourtant destiné par le BV du Scorff. Cet après midi consacré à l'intérêt des mélanges céréaliers dans l'assolement des exploitations n'a pourtant pas fait recette auprès des agriculteurs conventionnels. "Pour l'azote dans la rotation, pour la couverture des sols, pour les protéines dans la ration, pour les pailles", Patrice Le Cunff leur trouve pourtant de nombreux intérêts, dont le premier, la simplicité d'un itinéraire, sans intrants et sans désherbage et qui permet de produire des protéagineux, garants de l' autonomie alimentaire, difficiles à mener en mono culture. C'est donc à ses collègues agrobiologistes, une dizaine, que l’éleveur a montré les bénéfices qu'il retire de ces mélanges qu'il affectionne depuis 2000. Ici, la féverole a supplantée le pois.

 

Intérêt agronomique et pour l'élevage

Épeautre et féverole ou triticale et féverole ont ainsi trouvé leur place sur 16 des 135 ha qu'il cultive dont 70 en prairies. S'il garde 15 ha de céréales pour ses besoin, le reste est destiné à la vente. Morcelées, "c'est sur des parcelles qui ne sont pas accessibles à la fauche" que le producteur de viande installe ces mélanges dont il retire 30 à 40 qtx/ha. "Je sème toujours la même quantité depuis 3 ans, dans les mêmes proportions mais en terrain lourd, la féverole prend le dessus, c'est l'inverse en terrain sec". D'où l'intérêt d'analyser la valeur récolté pour compenser les besoins alimentaires. Car en finition pour ses bœufs, en complément pour ses allaitantes l'hiver, ou pour les veaux, ce concentré fermier répond tant à ses besoins en élevage qu'à un intérêt agronomique dans ses rotations.

 

Claire Le Clève

 

 

 

Brice Le Cunff a montré l'itinéraire lors de la journée technique consacrée aux mélanges céréaliers par le GAB et le BV du Scorff.
Brice Le Cunff a montré l'itinéraire lors de la journée technique consacrée aux mélanges céréaliers par le GAB et le BV du Scorff. - © Claire Le Clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui