Terra 18 octobre 2007 à 09h43 | Par Claire Le Clève

TRAVAIL DU SOL - Tracter vite sans compacter avec des chenilles

Face aux contraintes d'augmentation des surfaces et des débits de chantiers, les tracteurs à roues montrent leurs limites. L'innovation des chenilles peut être une solution, mise en démonstration vendredi dernier à Guer par la FDCUMA avec la Cuma du Sillon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Là où le poids de l'engin tracté est une limite pour le traceur à roues, les chenilles font la différence en terme de rapidité et d'efficacité.
Là où le poids de l'engin tracté est une limite pour le traceur à roues, les chenilles font la différence en terme de rapidité et d'efficacité. - © Terra
"Il faut garder un œil sur l'innovation, ce genre de matériel peut se justifier là où il y a du débit, avec un peu d'imagination au niveau de l'organisation, tout en permettant une dilution de la masse salariale" souligne Dominique Gueho, animateur de la FD Cuma du Morbihan. Derrière lui, sur la parcelle à déchaumer où sont également présentés les matériels de la Cuma du Sillon à Guer, ronronne un rutilant Challenger de la gamme MT700B. Du lourd. Vingt engins de ce type sont visibles en France. "Avec l'essor des techniques de travail du sol simplifié, on recherche moins de passages pour éviter de compacter les sol et du débit pour alléger en heures", pointe Pascal Le Couedic de la société Challenger (groupe Agco).

Raisonner le coût hectare
Dernier record en date, celui établi en Roumanie avec ce matériel équipé d'un outil de déchaumage de 14 m, "644 ha ont été abattus en 24 heures, cela revient à 27 ha à l'heure pour une vitesse de 20 km/h et 4,42 l/h", poursuit le concessionnaire. Agir vite au moment opportun peut donc faire la différence. Un raisonnement économique que la Cuma du Sillon a fait sien, en optant pour l'achat d'un tracteur à roues JD 8 230 et d'un combiné en 6 m,  semoir céréales et herse rotative contre un combiné de 4 m. "Notre coût de revient est de 123 euros/ heure avec le combiné 6 m contre 83 avec le 4 m. Mais le débit creuse l'écart. Le coût est de 41 euros l'heure pour 2 ha réalisés avec le 4 m quand on en fait 3 avec le 6 m", note Gurval Rolland, président de la Cuma du Sillon. Un gains d'hectares faits par heure, une baisse de la masse salariale et une usure moindre du matériel, sont autant d'atouts à porter au crédit des grandes largeurs. Mais gare au poids et à la limite des pneumatiques dont la pression doit être adaptée suivant l'usage. Des contraintes qui disparaissent avec la technologie des chenilles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui