29 mars 2007 à 10h38 | Par E. Le Corre

Énergie renouvelable - L'huilerie du Mené à Saint-Gouéno inaugurée en grande pompe

L'huilerie du Mené vient d'être inaugurée le 24 mars dernier. Après un mois de mise en service, la petite unité fonctionne non stop en pilotage automatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tous les deux jours, 26 tonnes de graines sont déchargées, nettoyées et stockées dans deux silos. Toutes les deux heures, la graine est transférée vers un silo situé au dessus de la presse à l'intérieur du bâtiment. La presse traite 500 kg de graines par heure. Deux automates assurent le fonctionnement de l'huilerie.
Tous les deux jours, 26 tonnes de graines sont déchargées, nettoyées et stockées dans deux silos. Toutes les deux heures, la graine est transférée vers un silo situé au dessus de la presse à l'intérieur du bâtiment. La presse traite 500 kg de graines par heure. Deux automates assurent le fonctionnement de l'huilerie. - © TERRA
L'huilerie du Mené vient d'être inaugurée le 24 mars dernier. Après un mois de mise en service, la petite unité fonctionne non stop en pilotage automatique.

Marc Théry, maître d'œuvre du projet et la quarantaine d'adhérents de la Cuma Ménergol ne sont pas peu fiers de leur nouvel outil. Près de 300 personnes se sont pressées samedi à l'intérieur du bâtiment pour une petite démonstration et plus de 1 000, dimanche lors de la porte ouverte.
Les 550 tonnes de graines de colza, récoltées en 2006 et stockées en partie chez des collecteurs, sont acheminées aujourd'hui vers l'huilerie située à Saint-Gouéno. 200 à 220 000 litres d'huile de colza (de qualité alimentaire) et 350 tonnes de tourteaux sortiront de l'huilerie. "L'adhérent peut soit prendre son huile, soit la revendre. Pour les tourteaux, la démarche est identique. Le tourteau est valorisé à 150 euros de la tonne", indique Marc Théry. Quant au prix de revient de l'huile, il est annoncé à 45 cts du litre.


Le système de filtration de l'huilerie. Chargée d'impuretés, l'huile de colza qui s'écoule de la presse est de couleur noire. Filtrée et débarrassée des particules supérieures à 1 micron (moins de 15 ppm d'impuretés au final), elle est ensuite stockée dans une cuve de 42 000 litres.
Le système de filtration de l'huilerie. Chargée d'impuretés, l'huile de colza qui s'écoule de la presse est de couleur noire. Filtrée et débarrassée des particules supérieures à 1 micron (moins de 15 ppm d'impuretés au final), elle est ensuite stockée dans une cuve de 42 000 litres. - © TERRA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui