Terra 27 juin 2007 à 16h33 | Par C. Julien

Un nouvel accompagnement à l'installation

Réunis en session le 22 juin, les élus de la chambre d'agriculture ont travaillé au nouveau dispositif pour l'installation. Un accompagnement qui tiendra mieux compte de la diversité des projets et des profils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Jean Daubigny, préfet de Bretagne, Joseph Ménard, président de la chambre d'agriculture, Gilles Guillomon, secrétaire général.
De gauche à droite, Jean Daubigny, préfet de Bretagne, Joseph Ménard, président de la chambre d'agriculture, Gilles Guillomon, secrétaire général. - © TERRA
Parce que les jeunes, leurs projets et le contexte agricole changent, le dispositif d'accompagnement de l'installation évolue. "L'installation est une préoccupation majeure, rappelle Gilles Guillomon, secrétaire général. La chambre d'agriculture doit optimiser son accompagnement et tenir compte de la multiplicité des projets". A partir de janvier 2008, tout jeune désireux de s'installer suivra un parcours modernisé et individualisé. En s'appuyant sur la réussite de l'actuel parcours mais aussi sur ses lacunes, la nouvelle formule devrait permettre à chacun, quel que soit sa formation et son parcours, de mûrir son projet. Des évolutions qu'ont présentées Elisabeth Chevrier, responsable de la commission formation, et Jean Noël David, des Jeunes Agriculteurs. "Ce nouveau dispositif rendra le jeune plus acteur de son projet", assure Elisabeth Chevrier.
Après avoir contacté le Point info, chaque jeune réalisera un auto-diagnostic pour construire son plan de professionnalisation personnalisé et définir ses besoins de formation. L'EPI devient le plan de développement de l'exploitation. Pour le guider, le futur installé pourra s'adresser à un référent unique.

Continuer à jouer collectif
Face à ce nouveau dispositif, les élus de la chambre d'agriculture ont émis un bémol, "le manque d'échanges et de confrontations des projets. Il faut garder la dynamique collective". Des élus qui refusent de voir "marchander le parcours" par le biais d'appel d'offres qui mettraient en concurrence les OPA. "Gardons la maîtrise professionnelle pour assurer efficacement le renouvellement des générations", souligne Joseph Ménard, président de la chambre d'agriculture, qui s'inquiète sur le niveau des soutiens financiers. Jean Daubigny, préfet de Bretagne, s'est voulu rassurant. "500.000 euros sont consacrés au parcours à l'installation dans le prochain contrat de projets".
Revenant sur le dossier environnement, le président a rappelé le soutien de la chambre d'agriculture au GIE Terre-Eau. "Face à l'enjeu du dossier, j'ai tenu à multiplier les concertations", explique le préfet, pour justifier l'attente d'une réponse. Quant aux bassins versants en contentieux, si Joseph Ménard reconnaît que "nous aurions dû aller plus vite", il veut "préserver la reconnaissance des efforts accomplis". La chambre d'agriculture a contacté tous les agriculteurs du BV des Echelles pour travailler avec eux à la mise en œuvre de MAE. "Bruxelles nous donnera sa réponse le 27 juin. Les MAE auxquelles les agriculteurs des Echelles ont souscrit sont un bon signe. Quelle que soit la décision de Bruxelles, il faudra poursuivre cet engagement".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

51 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui