Terra 04 avril 2007 à 10h49 | Par C. Julien

Assemblée générale - Les éleveurs de Salers se mobilisent pour leur race

Journées portes ouvertes, promotion de la race, participation aux concours, approvisionnement du label… Mercredi 28 mars, les éleveurs de Salers de l'Ouest ont fait le point sur le dynamisme de leur race en Bretagne et dans les Pays de la Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de leur AG, les éleveurs de l'association Salers de l'Ouest se sont aussi intéressés aux voies de simplification du travail.
Lors de leur AG, les éleveurs de l'association Salers de l'Ouest se sont aussi intéressés aux voies de simplification du travail. - © TERRA
L'association Salers de l'Ouest fédère les éleveurs de Bretagne et des Pays de la Loire autour de la promotion et de l'animation de la race. Elle a tenu son assemblée générale mercredi 28 mars. Tout au long de l'année, l'association organise des portes ouvertes. "Nous en organiserons d'autres, fin mai-début juin dans les Pays de la Loire et fin août-début septembre dans les Côtes d'Armor", avertit Jean Louis Hervagault, le président de Salers de l'Ouest. Pour faciliter les contacts entre éleveurs - par exemple entre naisseurs et engraisseurs - elle a publié un annuaire présentant chaque adhérent.
Bruno Faure, directeur du Herd book, a présenté les grands projets de la race. L'ensemble des partenaires de la race seront désormais rassemblés à Saint Bonnet de Salers (15) autour de la nouvelle station d'évaluation qui pourra accueillir 110 veaux. L'Upra va lancer deux nouveaux programme génétiques, l'un pour produire des animaux sans cornes, l'autre pour redynamiser le rameau laitier valorisé par les producteurs de formages AOC. Pour répondre au développement de la race hors bassin, le Herd book met à la disposition de ses adhérents une technicienne qui passera trois fois par an pour qualifier les animaux et assurer le suivi génétique.

Redorer le label
La réussite de la race fait les malheurs de son label. En dehors du bassin, la demande d'animaux pour l'élevage est telle qu'il n'y a pas assez de disponibilité pour la filière label. A cela s'ajoute un manque de dynamisme dans le berceau et c'est tout le label qui peine à décoller. "Nous avons une opportunité avec une enseigne de la grande distribution dans l'Est, explique Dominique Corbel, qui représente les éleveurs de l'Ouest auprès du label. Pour que cela fonctionne, il faut que nous nous engagions à fournir chaque semaine des animaux en nombre suffisant et en qualité constante".
Enfin, les éleveurs se sont intéressés aux voies de simplification du travail. L'analyse du temps consacré à chaque tâche montre de grosses disparités entre élevages allaitants. "Il y a donc des possibilités de simplification", constate Christian Veillaux, conseiller de la chambre d'agriculture. La première piste est celle de l'alimentation, qui représente le gros du travail d'astreinte. Pour le réduire, plusieurs pistes sont à explorer : distribuer un fourrage unique, alimenter pour plusieurs jours ou miser sur la ration complète. Un vaste sujet qui pourrait faire l'objet d'une prochaine porte ouverte.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui