Terra 24 mai 2007 à 10h07 | Par A. Dibet

Cécab porcs - Une activité en hausse

Selon Philippe Le Jossec, président, l'engagement dans Europig compte dans la réussite du groupement qui a connu une progression de près de 9% de son activité en 2006. L'objectif : "rester compétitif en répondant au mieux aux besoins de l'abattoir", dans un marché européen dont la production et la consommation s'annoncent en hausse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A gauche à la tribune, Philippe Le Jossec, président du groupement porcs de la Cécab depuis octobre 2006, et à droite, Yves Rouault, directeur.
A gauche à la tribune, Philippe Le Jossec, président du groupement porcs de la Cécab depuis octobre 2006, et à droite, Yves Rouault, directeur. - © TERRA
A l'AG du groupement porcs de la Cécab le 11 mai à Josselin (56), Jan Peter Van Ferneij, de l'Institut du porc (Ifip), a présenté une étude sur le marché en Europe. Selon lui, la production européenne devrait connaître en 2007 une petite relancede 1,1%.

Les fortes baisses de production au Royaume-Uni et en République tchèque ne pèsent effectivement pas par rapport aux hausses des autres pays. Trois pays ont connu des hausses de production remarquables ces sept dernières années : le Danemark (+18%) devrait sans doute arriver à saturation, l'Allemagne (+16%), aujourd'hui premier producteur et bénéficiant d'une main d'œuvre polonaise bon marché, devrait en revanche poursuivre sa progression, et l'Espagne (+13%) avec des coûts de production en hausse, se stabilise.
Jan Peter Van Ferneij souligne par ailleurs que "quand on augmente aujourd'hui l'exportation de porcs en vif vers l'Allemagne, on renforce l'industriel Vion déjà très puissant, et on pénalise sur les prix, à la fois les éleveurs français et allemands". Enfin, les pays de l'Est, où la consommation progresse plus vite que la production, constituent des marchés importants sur lesquels "on a pour le moment un grand avantage : celui de la qualité".

Un nouvel adhérent par semaine
Dans ce contexte, la France maintient, quant à elle, une production stable, le nombre de porcs étant compensé par l'alourdissement. Jean-Pierre Kermoal souligne que "la transparence des prix en France est une bonne chose mais qui nous rend vulnérables vis-à-vis des autres pays". De son côté, Philippe Le Jossec insiste sur le fait "qu'on devra se concerter en Bretagne pour rester compétitif". Tous deux se sont félicités d'une hausse de l'activité du groupement porcs, avec en moyenne un adhérent de plus chaque semaine en 2006, soit 495 producteurs en fin d'année.
Selon Philippe Le Jossec, ce succès est lié à l'engagement dans Europig. "La Cécab a approvisionné la moitié des porcs de l'abattoir en 2006, l'objectif étant d'atteindre 80%". Gérard Micheleau, qui a dressé le bilan de l'activité aval, confirme que "Europig va dans le sens d'une amélioration de la valeur ajoutée en faisant mieux correspondre le produit à la demande du marché". Les filiales, Aubret, leader dans son activité de salaison de poitrine de porc, et Cedro, pour le trading international, sont, quant à elle,s en repli.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui