Terra 16 avril 2014 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Armor fruits, grossiste, joue la carte locale

Entité Vannetaise du groupe Brestois Le Saint, Armor fruits avec ses 60 salariés, distribue dans le Morbihan, légumes et fruits, auprès de ses clients de la RHD et des GMS. Une exigence : jouer la carte locale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une signature d'approvisionnement local mis en avant par Armor fruits, filiale du groupe Le Saint, société de distribution que dirige à Vannes Catherine Junca.
Une signature d'approvisionnement local mis en avant par Armor fruits, filiale du groupe Le Saint, société de distribution que dirige à Vannes Catherine Junca. - © claire le clève

 

 

"Ici on donne la primeur à la production locale", revendique Catherine Junca, directrice d'Armor fruits qui désormais ajoute à ses marques "Youpi" ou "Charnel" avec cahiers des charges "maison" la signature "Jouons local" sur son affichage. Et c'est pour permettre de le faire découvrir à ses clients, en présentant sa quinzaine producteurs locaux, que mercredi dernier, Zone du Prat à Vannes, la société a organisé une journée de portes ouvertes. "Cela favorise l'échange dans un contexte convivial et nous formalisons cette signature locale, nous la mettons en avant. Cette proximité rassure le client mais l'engagement ne date pas d'hier", poursuit la cheffe d'entreprise adhérente à Produit en Bretagne. Spécialisée dans la distribution de fruits et des légumes frais, ou élaboré de la 4ème et la 5 éme gamme, avec gamme bio, mais aussi des produits de la mer, cette société est depuis 15 ans l'antenne Morbihannaise du groupe Le Saint que ses deux frères, Denis et Gérard Le Saint, dirigent depuis Brest.

 

Politique d'approvisionnement de l'escargot

La difficulté ? "Il faut avoir de tout, tout le temps -résume la jeune femme- mais nous essayons d'éduquer nos clients à la saisonnalité". Une clientèle constituée par les GMS à 55 % et la restauration hors domicile pour les 45 % restants. 12 000 tonnes sont distribuées par an pour un chiffre d'affaires de 21 millions d'euros. "Nous jouons la proximité d'approvisionnement, il en va d'une part de notre notre intérêt", pointe-t-elle. Une réalité quand il s'agit de remplir les camions laissés vides par les tournées de livraisons. "Au retour, on ramasse les produits auprès de nos producteurs. C'est également un gage de qualité et de fraîcheur pour nos clients". Saisonnalité également d'une activité, "qui bat son plein entre avril et octobre" et pour laquelle la politique de l'escargot prévaut pour l'approvisionnement, passant du local au régional ou national, voire à l'import en cas de manque, "c'est pour cela que nous restons ouverts à tout nouveau producteur".

 

Claire Le Clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui