Terra 14 février 2014 à 08h00 | Par Thierry Merret Président de la FDSEA du Finistère

La Bretagne, sa culture, son agriculture… ses associations environnementales…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Nous connaissions la détermination d’Eau et Rivières à porter le fer contre les agriculteurs bretons, quitte à porter plainte auprès de la Commission européenne. Voilà maintenant que les associations  "dites de protection de l’environnement" chassent en meute. En témoignent les interventions groupées d’Eau et Rivières, Bretagne Vivante et des Fédérations bretonnes de pêche et de protection des milieux aquatiques lors de la  dernière session du Ceser* ! Qu’il s’agisse de la question de l’eau, de la performance environnementale des exploitations agricoles et des filières agroalimentaires, les associations donnent des leçons sur la gestion de nos exploitations, sur le cap à prendre pour l’avenir agricole et agro-alimentaire bretons ! Comme si nous, paysans, allions dire aux garagistes, aux enseignants, aux gendarmes comment faire leur métier !

Dans leurs interventions au Ceser, les associations prônent la conversion massive au bio, le retour à l’herbe ; mais aussi, et là c’est nouveau, une écoconditionnalité des aides liée à la formation des agriculteurs sur la compréhension des "connaissances agro-écologiques et environnementales" voire sur "les services rendus par la nature, le cycle de l’eau en lien avec le plan de fumure et les impacts des pratiques agricoles réelles". Les paysans ont un niveau de formation et de compétence élevé, ils se forment tout au long de leur carrière professionnelle. De qui se moque-t-on ? Les ingénieurs agricoles, conseils de nos organisations, vont aussi apprécier d’être "disqualifiés" !

Les associations cherchent-elles de nouvelles sources de financement pour pérenniser leur dogmatisme ? Elles vont jusqu’à proposer la "constitution d’une base culturelle commune sur tous les enjeux écologiques et économiques", et ce notamment pour les membres des CLE, Commissions locales de l'eau. Les associations forment des avocats, des juges, lesquels se sont d’ailleurs érigés  comme spécialistes de l’agronomie sur les dates d’épandage. La volonté des associations de maîtriser l’agriculture et le foncier est réelle. Nous connaissions l’intégration économique ; il va nous falloir nous attaquer à toutes les formes d’intégration environnementale. L’autonomie de décision de l’agriculteur sur son exploitation est remise en cause, ceci est inadmissible !

Alors, puisqu’Eau et Rivières, Bretagne Vivante, etc, connaissent si bien le métier d’agriculteur, qu’ils le fassent ! Que la Safer préempte quelques hectares afin qu’ils mettent en pratique leurs connaissances si pointues ! On verra le résultat… Tout ceci serait seulement absurde, si ce n’était scandaleux. Cette intrusion des associations dans la gestion même de notre outil de production ne pourra rester sans réaction de notre part : la ligne rouge est

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

yannick | 14 février 2014 à 13:58:29

Des représentants de l'agriculture Finistérienne qui on des propos pareille, ça fait peur! Merci aux associations de protection de l'environnement qu'il dénigre alors qu'elles permettes d'énormes avancés sur la protection de nos ressources naturels, notamment la qualité de l'eau et la protection de la biodiversité! Quand à sa proposition de leurs confier quelques hectares, c'est déjà le cas avec les agriculteurs Bio qui partages les préoccupations de ses associations et qui, pour la plupart vive de l'agriculture, de leur production, don nous somme fière et le tout sans hypothéquer les ressources de nos enfants. Des propos pareille, la ligne rouge de la bêtise est largement franchie monsieur Merret.

Guidevay Jean Pol | 14 février 2014 à 16:31:41

Avec ou sans son bonnet rouge, M. Merret est toujours aussi intolérant. Adhérent d'Eau et rivières depuis 40 ans et fier de l'être, consommateur de produits bio depuis 30 ans, je dénie à M. Merret et à ceux qui l'ont élu à la présidence de la FDSEA, le droit de m'obliger à respirer un air chargé de pesticides et d'ammoniac des lisiers, à boire une eau polluée par des nitrates et des pesticides, à manger la viande d'animaux enfermés dans des élevages concentrationnaires, nourris au soja OGM arrosé de pesticides. D'autant plus que, comme le dit le commentaire précédent, les pionniers de l'agriculture durable et bio ont fait la preuve qu'on peut faire autrement. C'est ce que montrent les collègues de M. Merret au sein de l'APFLB ou les cinq agriculteurs bio de la région de Pontivy que je connais bien qui partent à la retraite en transmettant, qui plus est à leurs enfants, une ferme viable à taille humaine alors que tant d'autres ont fait faillite en suivant le modèle dominant. JP Guidevay

Yann Nedeleg | 14 février 2014 à 21:39:14

Bonsoir, Nous ne laisserons jamais à cet individu antisocial et anti-environnemental le monopole de la Bretagne. Qu'il sache qu'il y a des gens déterminés qu'il trouvera toujours en travers de son chemin. Re zo re !

» Voir l’intégralité des commentaires et réactions à cet article...

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui