Terra 17 avril 2014 à 08h00 | Par Claire Le Clève

la Vie en Gaec : positive pour 2/3 des associés

Elle est positive la vision que les 2/3 des associés portent sur leur vie au sein de leur société agricole 5 ans après installation. Pour les autres, ça coince. C'est le bilan de la première étude qualitative du genre. Elle a été menée à la demande du relais médiation du Morbihan par l'Université de Bretagne Sud.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A Vannes, organisée par le relais médiation avec ses partenaires pour la restitution de l'étude menée par les étudiantes de l'UBS sur le Bilan de vie en société, 5 ans après l'installation"
A Vannes, organisée par le relais médiation avec ses partenaires pour la restitution de l'étude menée par les étudiantes de l'UBS sur le Bilan de vie en société, 5 ans après l'installation" - © claire le clève

 

Relation humaine quand tu nous peines et nous réjouis.

Gaec, Earl, Scea, la vie en société ne serait-elle qu'un long fleuve tranquille pour les associés ? Nul besoin d'être un grand devin pour savoir que non, les dissolutions en témoignent. Mais au delà ? "Nous cherchons à mieux approcher les raisons de satisfactions mais aussi des insatisfactions qui peuvent aller jusqu'à la rupture pour mieux les prendre en compte et affiner les moyens d'actions pour éviter d'arriver en pompiers", pointent Pierre Tassé, président de l'AMGAR (Association de Médiation des Groupes Agricoles et Ruraux), et Nicole Le Peih, du Relais médiation du Morbihan. Et notamment, "par une meilleure prise en compte des relations humaines". Les pistes ? "Allonger la durée de formation notamment et que tous les associés y participent mais aussi faire des mises en situation, des jeux de rôles ou encore insister sur l'importance de l'assemblée générale, c'est une nécessité, pas simplement pour les aspects comptables, c'est un moment essentiel pour la vie de la société". Et ce sont autant de pistes esquissées par les partenaires de ces réseaux pour améliorer la co-existence en société, gage de pérennité des exploitations agricoles, forme juridique plébiscitée. Les arcanes des relations humaines sont une science. Pour les décoder, le relais médiation planche avec l'Université de Bretagne Sud. Au programme de recherche de l'année ? "Le bilan de vie en société après 5 ans d’installation". Et si l'approche quantitative demande encore à être affinée, les résultats de l'étude qualitative menée auprès de 40 associés ont été bavards.

 

Un bilan annuel humain

Et parce que l'agriculture de groupe permet "de bien concilier vie privée/vie professionnelle" ou de "s'appuyer sur d'autres tout en étant indépendant", ils sont 2/3 des enquêtes à juger "positive" cette vie professionnelle en société. 97,4 % ont plus de temps libre, 77,5 % ont des engagements en Cuma, dans des coops, banques, assurance... Dans 78 % des cas, les associés savent pouvoir compter sur leur associé. Mieux, 92,5 % des agriculteurs affirment dans cette enquête que leurs aspirations sont compatibles avec la vie en société. Ils en retirent de belles réussites, "économiques et humaine pour l'exploitation, la mise en place d'un nouvel atelier, avoir surmonté les difficultés économiques, l'augmentation des profits, avoir bien géré le départ en retraite d'un associé...." inventorient les auteures de l'étude. Mais attention, les enquêtés s'estiment libres de leur choix qu'à 73 %. "40 % des des personnes interrogées pensent que les avis n'ont pas le même poids entre associés, 40 % se sentent redevables car les moyens financiers ont été apportés par les autres associés, 30 % n'osent pas dire ce qu'ils pensent", pointent les étudiantes. Non dits et difficultés qui débouchent sur un bilan mitigé pour 30 % des enquêtés dont 5 % souhaitent la séparation. "C'est une liste des clignotants qui doit alerter en amont en du problème" estime Nicole Le Peih favorable à l'établissement "d'un bilan annuel humain ".

 

Claire le Clève

 

 

 

Pour plus de renseignements, Relais départemental Médiation 56 : 02 97 46 22 50

les étudiantes de l'UBS à l'origine de l'enquête
les étudiantes de l'UBS à l'origine de l'enquête - © claire le clève

Les enquêtés à la loupe

 

36 hommes et 4 femmes, 85 % en couple, 62,5 % en société familiale, 37,5 en société avec tiers, 75 % issus du milieu agricole, 87,5 % en Gaec, 20 % des sociétés avec au moins 1salarié, 1/3 des associés spécialisés sur atelier, 2/3 polyvalents.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui