Terra 31 janvier 2015 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Vols dans les exploitations : mieux vaut prévenir

Pendant longtemps, le monde rural a plutôt été épargné par les vols. Ce n'est plus le cas, y compris dans les exploitations, qui peuvent même au contraire s'avérer des cibles privilégiées. Une convention a été signée entre la chambre d'agriculture, la FDSEA et les JA, à la fois pour mener une campagne de prévention mais aussi lutter plus efficacement contre ces méfaits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2014, 200 faits de vols ont été recensés dans les exploitations.
En 2014, 200 faits de vols ont été recensés dans les exploitations. - © A.M

"C'est arrivé une nuit entre le dimanche et le lundi. Je ne m'en suis pas aperçu tout de suite et c'est en voulant prendre un outil qui avait disparu que je me suis rendu compte que l'exploitation avait été visitée. Au même moment, le voisin appelait pour dire que sa maison avait été cambriolée. Du coup j'ai fait le tour et j'ai compris que je n'avais pas qu'un outil qui avait disparu, mais il manquait aussi du fuel, et le plus embêtant une voiture". Ce témoignage de Daniel Tandé, agriculteur à Saint-Jean-sur-Couesnon, les gendarmes sont désormais habitués à l'entendre. Alors sans vouloir verser dans le catastrophisme, les chiffres des vols dans les exploitations étant stables*, "nous ne voulons pas restés les bras croisés devant ces faits qui vont du vol de fuel, aux tracteurs, en passant par les animaux ou les véhicules personnels", a déclaré Loïc Guines, le président de la FDSEA 35.

Au niveau national, une convention existe déjà avec la FNSEA et c'est donc sa déclinaison départementale qui a été signée mardi 20 janvier. "Depuis mars 2014, nous avons déjà mis en place une surveillance ciblée sur les exploitations les plus fragiles", a rappelé le colonel Fabrice Bouillié, commandant du groupement de la gendarmerie départementale d'Ille-et-Vilaine.

Une quinzaine de référents sûreté locaux

Concrètement, cette convention va avoir deux volets. Le premier est consacré à la prévention des actes de malveillance, en sensibilisant les exploitants à la sécurité des cuves à fuel, et aux réflexes "bêtes", comme ne pas laisser ses clés de voiture sur le contact... "Nous avons une quinzaine de référents sûreté locaux, plus un responsable départemental, qui sont disponibles pour répondre aux sollicitations des agriculteurs et venir faire en quelque sorte un diagnostic de l'exploitation", ajoute le colonel Fabrice Bouillié.

L'autre volet de cette convention, c'est à l'image de ce qui existe avec les commerçants, la création d'un réseau d'alerte, géré par un centre opérationnel de la gendarmerie nationale. Ainsi, dès qu'un fait est connu, des SMS d'alerte et de préconisation sont envoyés, dans l'objectif de couper court au phénomène de vols en séries. "Nos exploitations sont dispersées sur le terrain, parfois isolées et on a souvent tendance à penser que les vols ça n'arrive que chez les autres, jusqu’au jour où on est soi même victime", a souligné Marcel Denieul, le président de la chambre. Et de conclure : "il faudra peut être à l'avenir intégrer ces questions dans la conception de nos bâtiments, ou l'organisation de nos exploitations".

 

*En 2014, 19 500 crimes et délits concernant des atteintes aux biens ont été constatés en Ille-et-Vilaine, dont 200 faits concernent des exploitations agricoles.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui