Terra 31 mai 2007 à 09h41 | Par P. Jegat

Les ambitions urbaines de Groupama Loire Bretagne

Avec un résultat de 17,7 millions d'euros en 2006, Groupama Loire Bretagne enregistre son meilleur chiffre depuis sa création, confirmant sans ambiguïté les bonnes orientations stratégiques prises par la mutuelle d'assurance... et de banque : celle d'une réunion des caisses de 6 départements de l'Ouest sous une même entité, celle aussi de la réorganisation des services par la spécialisation de ses sites. Tout va donc pour le mieux, l'ambition étant que l'entreprise s'enracine désormais dans les villes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean Luc Baucherel et Patrice Chéreau
Jean Luc Baucherel et Patrice Chéreau - © TERRA
Groupama Loire Bretagne ne renie rien, et surtout pas ses bases rurales, d'autant qu'elles sont solides : 25% des 616,2 millions d'euros de cotisations engrangées en 2006 viennent de l'activité agricole, pour 50% du marché des particuliers, et 25% du marché des entreprises et collectivités locales. Mais quitte à faire de l'assurance, de l'assurance vie, du placement et du crédit bancaire, autant en faire profiter tout le monde, au-delà de son territoire historique. C'est ainsi que Jean Luc Baucherel, président, et Patrice Chéreau, directeur général de Groupama Loire Bretagne voient l'avenir de l'entreprise. Il y a de la marge, quand les urbains ne constituent que 5% de sa clientèle.
Pour peu que l'assureur banquier mutualiste s'y prenne bien, les villes de l'Ouest constituent un vrai réservoir de nouveaux sociétaires. Ses performances record enregistrées en 2006, lui autorisent cette ambition de conquête, ses outils de prospection aussi, avec, là encore, un niveau de réussite plus qu'acceptable. Un rendez vous sur 2 auprès de non sociétaires se traduit par la signature d'un contrat, ou en assurance, ou en placement, preuve que Groupama dispose de quelques arguments forts : ses services… et ses prix.

Une entreprise technologique
Et pour être concurrentiel, il faut d'abord être en bonne santé. L'entreprise l'est résolument, engrangeant aussi les effets de sa réorganisation rapide en sites spécialisés, avec recours tous azimuts à l'informatisation et à la téléphonie, le réseau des agences devenant, quant à lui, une force commerciale et de prospection. "80% des sinistres auto se traitent désormais directement par téléphone, expliquait vendredi dernier Patrice Chereau. Nos entreprises deviennent des entreprises technologiques. On combine les modes de relation, avec bientôt la possibilité de transmettre directement au client par internet les attestations dont il a besoin".
Bref, Groupama Loire Bretagne s'est largement réorganisée, une orientation que le groupe d'assurance ne désespère pas de vérifier aussi du côté des conseils d'administration de ses caisses locales. "7 700 élus, c'est un véritable deuxième réseau que nous voulons redynamiser", ont ainsi annoncé Jean Luc Baucherel et Patrice Chéreau. Objectif : le rendre d'ici trois ans plus conforme à la réalité d'une clientèle qui a évolué, plus ouverte, notamment vers les particuliers, les entreprises, le commerce et les collectivités, plus jeune… et plus féminine aussi. "Nous voulons que nos élus soient acteurs du développement de nos caisses locales, sur le principe de faire valoir le caractère mutuel de notre entreprise".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui