Terra 15 octobre 2007 à 11h23 | Par Jean Dubé

OGM - La FNSEA clarifie ses positions

La FNSEA se prononce pour un gel provisoire des cultures OGM, en attendant qu'une loi soit adoptée dans les plus brefs délais, au plus tard avant les semis 2008.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
JM Lemetayer et X. Beulin ont tenu une conférence de presse
JM Lemetayer et X. Beulin ont tenu une conférence de presse - © Terra
« Je suis prêt à accepter le principe d'un gel des OGM jusqu'au vote d'une loi permettant de clarifier leur statut et les conditions de leur exploitation en France » a déclaré Jean-Michel Lemétayer, au quotidien La Tribune, le 11 octobre. Quelques semaines après la rencontre avec Jean-Louis Borloo, après le Grenelle de l'environnement, cette déclaration a fait l'effet d'une bombe. La FNSEA qui s'opposait jusqu'à présent à un moratoire sur les OGM s'y serait-elle convertie ? Devant la presse, le 12 octobre, le président de la FNSEA est revenu sur ses propos en lisant une longue déclaration. D'abord pour dire que l'article publié dans la tribune « est exact ». Mais aussi pour préciser sa position : il était « prêt à accepter le principe d'un gel sur les cultures OGM »… « à la condition qu'une loi soit votée et ses effets applicables avant les prochains semis du printemps 2008 ». Pas question d'attendre un an de plus, Jean-Michel Lemétayer a été clair là-dessus. Le compromis qu'il propose n'est que provisoire. Compétitivité La balle est maintenant dans le camp du Gouvernement. A lui de faire adopter une loi par le Parlement et de publier les décrets d'application avant le printemps 2008. Le message s'adresse aussi aux agriculteurs qui souhaiteraient semer des OGM : « Attendez que les décisions politiques soient prises pour faire vos achats.» La FNSEA entend sortir et de façon définitive de ce que Jean-Michel Lémetayer a appelé « le feuilleton de l'été », et de l'insécurité dans laquelle pourraient se trouver les agriculteurs qui ont semé des OGM dans la stricte légalité. Pas question de faire de nouvelles victimes « avec ceux qui ont produit en toute légalité » et d'épargner « ceux qui ont détruit en toute illégalité ». «Je veux que les paysans puissent travailler en paix. Le harcèlement n'est plus tenable », a-t-il résumé. Aux associations environnementales qui ont accueilli la proposition de la FNSEA comme un changement de position sur les OGM, Jean-Michel Lemétayer a tenu à rappeler qu'il n'en était rien. La FNSEA reste « hostile » à un moratoire durable sur les OGM. Elle est même majoritairement pour les OGM. Mais elle laisse libre les producteurs de choisir ou pas les OGM. D'où l'importance qu'elle accorde à ce que la loi « fixe des règles de coexistence ». Tout en soulignant que la renonciation aux OGM poserait « des problèmes de compétitivité aux filières animales. » Notamment dans l'Union européenne. Vis-à-vis des Espagnols par exemple qui développent à tour de bras leur production porcine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui