Terra 19 décembre 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

BV du Douron : les premiers résultats sont là !

Près de 80 % de la SAU engagée, une nette diminution de la balance azotée, une réduction du taux de nitrates : deux ans seulement après la signature de son projet de territoire, le bassin versant algues vertes du Douron enregistre ses premiers résultats positifs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 11 décembre dernier, le groupe de travail Anse de Locquirec a fait le point sur l'engagement des agriculteurs et les premiers résultats obtenus sur le bassin versant algues vertes.
Le 11 décembre dernier, le groupe de travail Anse de Locquirec a fait le point sur l'engagement des agriculteurs et les premiers résultats obtenus sur le bassin versant algues vertes. - © Terra

Le projet de territoire du BV algues vertes du Douron-Anse de Locquirec (29) a été signé le 18 septembre 2012. Deux ans après, le SMT, le syndicat mixte du Trégor, chargé de le mettre en oeuvre, a souhaité faire le point. "Un diagnostic a été réalisé sur 81% des 5 400 ha de SAU, indique Guy Pennec, le président. Et un CEI, un contrat d'engagement individuel, a été signé sur 72%".

Les 63 exploitations signataires ont déjà réalisé 300 analyses de terre, d'effluents, de reliquats d'azote... et en ont programmé autant. 25 d'entre elles ont choisi de travailler sur l'optimisation de l'herbe, 26 sur une ré-organisation du parcellaire pâturé et 40 demandes d'aide à l'investissement dans du matériel ont été enregistrées. Et 50 km de haies et talus ont déjà été créés.

Un contexte réglementaire peu favorable à l'herbe

A côté de ces engagements individuels, des actions collectives, animations, formations, portes ouvertes... ont aussi été mises sur pied, notamment sur l'intérêt des systèmes herbagers. "Une bonne conduite de l'herbe permet de limiter les fuites d'azote", rappelle le SMT, qui regrette que le contexte réglementaire soit "peu favorable au système pâturage" et vienne "paradoxalement freiner l'avancée dans ce domaine". Et une cellule foncière devrait voir le jour, pour faciliter les échanges entre agriculteurs et augmenter l'accessibilité des laitières au pâturage.

En parallèle, la chambre d'agriculture a mené des expérimentations, notamment sur la fertilisation du maïs après chou-fleur, le semis direct de maïs sans retournement de prairies... Les collectivités, elles aussi, se sont engagées. Et les premiers résultats sont là. La réduction de la balance globale azote est comprise entre 161 et 211 t, quand l'objectif était de 174 t à l'horizon 2015. Les taux de nitrates dans l'eau sont passés de 36,8 à 30 à 32 mg/l, selon les points de pré- lèvement. "Un effort considérable a déjà été réalisé", salue le SMT.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui