Terra 14 février 2014 à 08h00 | Par Thierry Merret Président de la FDSEA du Finistère

La Bretagne, sa culture, son agriculture… ses associations environnementales…

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

MAUGUIN PAUL | 18 février 2014 à 21:17:52

Thierry Merret est maintenant bien connu pour son intolérance et sa violence. Mais le plus grave est que ce journal des chambres d'agricultures de Bretagne diffuse ce texte dans son éditorial, texte qui en définit sa ligne politique. On est donc en droit de conclure que terra prone la haine des protecteurs de la nature et que tout ce qu'il communique sur l'environnement n'est que poudre aux yeux. Car aucun droit de réponse n'est accordé à ceux qui sont attaqués dans son édito et un seul syndicat sur les 3 représentés à la chambre a le droit de parole dans cette revue envoyée à tous les agriculteurs. Paul Mauguin, paysan adhérent à Bretagne vivante.

collignon | 18 février 2014 à 22:00:32

Et voilà le dogmatisme écolo ils osent n'importent quoi les mordefaim de la FNSEA ils non rien compris Par contre les bretons qui sont restés les pieds dans l'eau pendant un mois eux peuvent comprende que la supression des haies bocagères sont la cause directe des innondations Toute l'agriculture bretonne doit se remettre en cause en particulier la formation agricole fagocité par la FNSEA Merci aux irresponsables

Hélène | 19 février 2014 à 10:23:17

"L’autonomie de décision de l’agriculteur sur son exploitation est remise en cause, ceci est inadmissible !" quelle autonomie de décision? celle qui décide les prix de vente de ses produits? celle qui décide de ne pas se surendetter? celle qui vit de son travail et non des aides? celle qui ne se soumet pas aux décisions d'ingénieurs ou techniciens formatés dès leur formation par le CA, l'agro-industrie, la pétrochimie...? Hélène, paysanne

Albert Charpentier | 20 février 2014 à 16:50:54

Que de réactions à ces propos insignifiants. Je réagirais simplement sur la proposition faite de créer une base culturelle aux membres des Commissions Locales de l'Eau. Très bonne idée lorsque l'on voit les décisions aveugles et les propos de certaines CLE. Pour suivre bon nombre de CLE, je ne citerai qu'un exemple. Celui du SAGE Arguenon. A la question du commissaire enquêteur : "Pourquoi le drainage n'est pas abordé dans le PAGD?". La réponse du bureau de la CLE est la suivante : "Sur une parcelle avec de bonnes pratiques, il n'y a pas de lessivage de nitrates". (p31 du rapport de conclusion du commissaire enquêteur; http://www.smap22.fr/images/stories/DOCUMENTS/SAGE/Enquete_publique/ConclusionsEP_SAGE_Arg-Fresn.pdf) Aberrant ! Ahurissant ! un non sens. Une base culturelle et même scientifique paraît indispensable pour éviter ce type d'ânerie...

Albert Charpentier | 20 février 2014 à 16:55:57

Et entre nous soit dit. Malgré "la chasse en meute" des asso environnementales, aucune réaction de celles-ci à ces propos. Tous les territoires bretons ne sont pas à la même enseigne concernant l'implication de celles-ci. A croire que certains bassins versants sont déjà condamnés. Et n'oublions pas. Des baisses de nitrates dans les cours d'eau : OUI ! Mais 50mg/L est la limite de potabilisation. La norme est de 20mg/L. nous viser ce niveau, et pas viser le non dépassement des 50mg/L. Mais ça, vu les bêtises de certains représentants agricoles, et la complaisance de la majeure partie des élus (surtout en pré-période électorale), on l'a vite oublié !

padrig ringeard | 23 février 2014 à 16:45:59

Quand on recherche les causes racines d'un problème, il faut tendre à l'exhaustivité : cela relève de l'honnêteté intellectuelle. Dans la pollution de l'eau en Bretagne, où sont comptées les conséquences des pesticides et des engrais des jardiniers, des lessives et des détergents des familles, de nos médicaments et antibiotiques en tout genre qui font les choux gras des groupes pharmaceutiques ?... Quand au modèle agricole intensif, à voir les consommateurs se précipiter en rangs serrés dans les grandes surfaces à réclamer toujours moins cher sans se préoccuper nullement de la valeur nutritive des aliments proposés, il ne faut pas chercher bien loin la raison de sa continuité. Et pourtant c'est un des bons côtés du capitalisme : pas de client, pas de production ! Kenavo ar c'henta, ha dalc'homp soñj ouzh hon Tadoù koz. ur Boned Ruz dac'h a Vro Leon, mab-bihan ur C'Houer.

coatrieux | 26 février 2014 à 06:54:04

La ligne rouge est franchie ?Juste une question mr Merret. Pour qui travaillez-vous? Pour la population, pour nourrir les gens ou pour le lobby agro-industriel avec qui vous avez de biens belles accointances ?Bien sûr que oui, la société civile doit se méler de notre manière de travailler puisque c'est pour elle que nous le faisons.Autant d'obscurantisme laisse songeur...Pas étonnant que le monde agricole breton soit aussi mal en point,avec de telles positions. Continuons comme vous le souhaitez, et le paysan breton va devenir une espèce "en voie de disparition". Il est vrai que c'est vers quoi vous voulez tendre...des unités de productions aux mains des industriels avec des pantins à leurs têtes justes bon à bosser,engraisser les banquiers et fermer leurs gueules ? Alors je réitère ma question : pour qui travaillez -vous ? La monde agricole est en crise et vous continuez à commettre les mêmes erreurs, vous enfoncer davantage dans des schémas obsolètes et ravageurs.Honte à vous.

underwool | 17 mars 2014 à 19:10:13

Je peux vous dire Padrig mr Merret je le connais bien ,je lui ai demandé s'il acceptait les électeurs du RBM à Morlaix ,il m'a dit que non alors que dans les Bonnets Rouges ils y sont à 50% ce sont tous des déçus de L'UMPS et avec mr TROADEC ils font la paire et tous les Gens savent qu'ils ne sont pas dans le besoin ils travaillent pour le FRIC C'est tout

nathalie | 28 avril 2014 à 16:32:52

Ne vous méprenez pas Monsieur Merret : le pouvoir est toujours de votre côté ; et c'est en toute légalité qu'un agriculteur "comme il faut" vient d'épandre sous mes fenêtres pour la énième fois ses produits phytosat'; il est 15 heures, il fait beau, les abeilles et les enfants sont dehors... mais qu'est-ce que vous en avez à foutre après tout des réfléxions et humeurs des abeilles, des enfants et de tous ces "non agriculteurs qui n'y connaissent rien ? Vous avez la légalité pour vous ; ce pourrait-il que la légitimité soit elle, du côté des "autres" ? Vous souhaitant une belle journée printanière pleine de pesticides puisque vous adorez ça !

nathalie | 28 avril 2014 à 20:17:01

Pour faire suite à mon commentaire précédent, visite de la ruche à 19 heures : plein d'abeilles mortes ou en difficulté... mais ça, vous n'en avez toujours rien à faire Monsieur Merret ! Bien évidemment me direz-vous, je ne peux rien prouver... comme c'est pratique pour vous !Je souhaite juste ajouter que si je suis en colère après l'agriculteur venu épandre son produit en pleine journée avec du vent, je suis tout à fait lucide quant aux responsabilités réelles ; ainsi, que ce soit la chambre d'agriculture qui botte en touche lorsqu'on la contacte à ce propos (là encore bien pratique) ou encore le président de la FDSEA fraichement élu, qui se permet de tels propos, ce sont ceux-là même qui décident pour et coincent les agriculteurs dans leur super système... mais vous avez bien raison Monsieur Merret... continuez ainsi... si ça vous permet de vous sentir bien dans votre peau !

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui